3_metauxRusses
π Géopolitique π Économie
Industrie, pénurie, diplomatie : les ricochets de la guerre en Ukraine

Métaux russes : le casse-tête chinois des industriels

Le 25 mai 2022 |
4 min. de lecture
Emmanuel Hache
Emmanuel Hache
économiste-prospectiviste à l’IFP Énergies nouvelles
En bref
  • La guerre en Russie pourrait impacter le commerce du Palladium, ce métal rare, très utile dans la construction automobile, est principalement exporté par la Russie à hauteur d’environ 37% en 2021.
  • Les autres métaux, dont le poids de la production russe dans le monde est indéniable, sont : le titane (13 % de part de marché), le platine (10,5 %), l’aluminium (5,4 %), le cuivre (4 %), le cuivre raffiné (3,5 %) et le Cobalt (4,4 %).
  • Cette guerre arrive sur un marché des métaux déjà extrêmement tendu. Entre 2020 et 2021 le prix de ces métaux a bondi de 45%. La hausse du nickel est la plus significative avec un prix qui est monté à plus de 100 000$ la tonne avant de redescendre autour des 30 000$ la tonne.
  • A cause de ce conflit, le monde entier est à la recherche de nouveaux partenaires comme l’Australie ou le Canada qui sont des alternatives à la Russie pour beaucoup de métaux.

Quels sont les métaux dont le com­merce est le plus impacté par la guerre en Ukraine ?

Tous les métaux dont la Russie est l’un des prin­ci­paux expor­ta­teurs, ce qui fait une liste rel­a­tive­ment longue. Il est dif­fi­cile de hiérar­chis­er leur impor­tance, même si pour cer­tains, le poids de la Russie dans le marché mon­di­al est si grand qu’ils seront dif­fi­cile­ment rem­plaçables à court terme. C’est notam­ment le cas pour le pal­la­di­um, ce métal rare autant utile au secteur de l’automobile pour les pots cat­aly­tiques qu’à la pro­duc­tion de semi-con­duc­teurs et pour l’électronique grand pub­lic. La Russie en est l’un des prin­ci­paux expor­ta­teurs, et représente 37 % de sa pro­duc­tion mon­di­ale en 2021.

Cepen­dant, la Russie est un vaste pays, riche en matières pre­mières, la diver­sité de métaux présents sur son ter­ri­toire lui donne donc une place impor­tante dans bon nom­bre de secteurs, sans pour autant en être pour tous le pre­mier pro­duc­teur mon­di­al. Le Nick­el russe, par exem­ple, représente 9,2 % de la pro­duc­tion mon­di­ale en 2021. Ce métal est utile à la pro­duc­tion de bat­ter­ies pour les véhicules élec­triques, un secteur en pleine expan­sion, et les pro­duits de con­som­ma­tion courante. L’entreprise russe Nor­nick­el est déjà l’un des plus gros pro­duc­teurs mon­di­aux de nick­el de classe I, ce dernier étant le seul à pou­voir con­venir à la pro­duc­tion des sul­fates de nick­el employés dans la fab­ri­ca­tion de batteries. 

Les autres métaux, dont le poids de la pro­duc­tion russe dans le monde est indé­ni­able, sont : le titane (13 % de part de marché), le pla­tine (10,5 %), l’aluminium (5,4 %), le cuiv­re (4 %), le cuiv­re raf­finé (3,5 %) et le Cobalt (4,4 %). Si l’on ne peut juste­ment pas dire lequel de ces métaux impactera le plus le com­merce mon­di­al, c’est qu’ils ont cha­cun une impor­tance pro­pre à leurs fonc­tions. La Russie ne représente par exem­ple que 4,4 % de la pro­duc­tion de Cobalt, mais mal­gré cette part au demeu­rant assez faible à pre­mière vue, elle fait de la puis­sance russe le deux­ième pro­duc­teur au monde de ce métal — un marché dom­iné par la République démoc­ra­tique du Con­go avec env­i­ron 70 % de la pro­duc­tion mondiale. 

La crise san­i­taire a créé de fortes ten­sions sur la demande de matières pre­mières. Faut-il s’attendre à une aggra­va­tion de ces tensions ?

Les métaux cités sont utiles pour une mul­ti­tude de secteurs. Les trois secteurs les plus impor­tants restent l’automobile, l’aéronautique et le secteur des semi-con­duc­teurs. L’automobile est celui qui en souf­frira sûre­ment le plus car il néces­site beau­coup de métaux dif­férents. Ain­si, l’aluminium, le cuiv­re, le pla­tine et le pal­la­di­um sont tous utiles à la fab­ri­ca­tion d’automobiles à propul­sion ther­mique, notam­ment pour les pots cat­aly­tiques. Pour les véhicules élec­triques, le cobalt et le nick­el sont indis­pens­ables aux bat­ter­ies. Déjà entravé par la pénurie de puces élec­tron­iques depuis sep­tem­bre 2021, le secteur auto­mo­bile alle­mand a déjà sus­pendu des lignes de pro­duc­tion en rai­son d’un prob­lème d’approvisionnements de ses sous-trai­tants en Ukraine et la sit­u­a­tion pour­rait s’aggraver. L’aéronautique dépend égale­ment des métaux russ­es, et en par­ti­c­uli­er des éponges de titane. Les prin­ci­paux groupes aéro­nau­tiques ont pour prin­ci­pal four­nisseur la société russe VSM­PO-Avis­ma (env­i­ron 30 % du marché mon­di­al du titane), seul Boe­ing a pour le moment décidé de met­tre fin à ses réap­pro­vi­sion­nements. Cette société four­nit env­i­ron 50 % des impor­ta­tions de l’aéronautique mon­di­al et légère­ment moins pour les acteurs français. Dans ce secteur, les indus­triels ont par pré­cau­tion con­sti­tué des stocks qui leur per­me­t­tent de gér­er une prob­lé­ma­tique de pénurie à court terme.

Pour ce qui est des semi-con­duc­teurs, leur pro­duc­tion demande deux ressources prin­ci­pales, le pal­la­di­um et le gaz néon, ce dernier étant pro­duit à 50 % en Ukraine. Les deux entre­pris­es prin­ci­pales, Ingas et Cry­oin, ont déjà fer­mé leurs sites. On peut donc s’attendre à de grandes dif­fi­cultés pour ce secteur.

Les prix aug­mentent-ils en rai­son d’une offre réelle­ment insuff­isante ou d’une antic­i­pa­tion de sanc­tions à venir ?

À l’heure actuelle, aucune sanc­tion n’a été mise en place pour le marché des min­erais russ­es. Mais les autres sanc­tions affectent le marché : la logis­tique néces­saire à leur achem­ine­ment est per­tur­bée, et la sus­pen­sion du sys­tème SWIFT pour de nom­breuses ban­ques freine les échanges. Ces per­tur­ba­tions ont un impact sur les prix. Le nick­el a subi une vari­a­tion très impres­sion­nante. En quelques jours, son prix à la tonne est passé de 25 000 à 50 000 $, avant d’atteindre les 100 000 $ quelques jours après, avant une sus­pen­sion des cours, puis un retour à env­i­ron  50 000 $ la tonne et une diminu­tion à env­i­ron 30 000 $ la tonne le 21 mars dernier

En out­re, cette guerre arrive sur des marchés déjà extrême­ment ten­dus. Entre 2020 et 2021, les prix des métaux ont bon­di de 45 % en moyennes (tous métaux con­fon­dus), en rai­son d’une reprise économique extrême­ment forte suite à la pandémie de covid 19 dans un con­texte de ten­sions du côté de l’offre. Aujourd’hui, il n’y a pas encore de pénurie, les hauss­es de prix s’expliquent en majeure par­tie par les antic­i­pa­tions des acteurs et les primes de risque géopoli­tique. La crainte de nou­velles sanc­tions joue aus­si un rôle dans cette vari­a­tion des prix.

Les pays occi­den­taux peu­vent-ils sub­stituer les métaux importés de Russie par d’autres sources d’approvisionnement ?

Tout dépend du poids de la Russie dans la pro­duc­tion mon­di­ale de ces métaux. Pour le pal­la­di­um (37%), il sem­ble com­pliqué de la rem­plac­er à court terme, même si l’Afrique du Sud reste le pre­mier pro­duc­teur mon­di­al de cette ressource (40 %). Ce qui est cer­tain, c’est que tout le monde est à la recherche de nou­veaux four­nisseurs. De nom­breux pays, comme le Cana­da ou l’Australie par exem­ple, offrent une diver­sité aus­si large de métaux que celle de la Russie. Toute­fois, pour cer­tains métaux spé­ci­fiques les ques­tions de disponi­bil­ité à court terme pour­raient se poser.

La Chine a un poids impor­tant dans les expor­ta­tions de titane, la République démoc­ra­tique du Con­go domine le marché du Cobalt, et le Chili nous donne accès au Cuiv­re. Les four­nisseurs ne man­quent donc pas for­cé­ment, mais retir­er la Russie de l’équation fera for­cé­ment dimin­uer l’offre, alors que la demande pour l’instant ne flé­chit pas.

Le poids des métaux est-il com­pa­ra­ble à celui du gaz dans les expor­ta­tions russes ?

Les expor­ta­tions de min­erais et de métaux représen­tent env­i­ron 8,5 % des marchan­dis­es exportées de la Russie en 2020 selon la Banque mon­di­ale (6 % en 2019), quand celles d’hydrocarbures plus de 42 % en 2020 (52 % en 2019). Les métaux sont donc bien moins stratégiques pour la Russie que les hydrocarbures.

Propos recueillis par Pablo Andres

Le monde expliqué par la science. Une fois par semaine, dans votre boîte mail.

Recevoir la newsletter