2_retourFaune
π Société
Alimentation, maladies, biodiversité : notre rapport aux animaux doit-il évoluer ?

La « défaunation » a fait disparaitre 25% des oiseaux en Europe en 30 ans

Jean Zeid, Journaliste
Le 15 décembre 2021 |
4 mins de lecture
2
La « défaunation » a fait disparaitre 25% des oiseaux en Europe en 30 ans
Denis Couvet
Denis Couvet
président de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité et professeur au Muséum national d'histoire naturelle
En bref
  • La faune sauvage vit dans des écosystèmes largement transformés par les activités humaines, ce qui a une tendance générale négative sur différentes espèces, dont le syndrome majeur est leur déclin, phénomène nommé « défaunation ».
  • Les extinctions actuelles seraient 100 à 1 000 fois plus rapides que durant les périodes géologiques dites « normales », elles sont d’une telle intensité qu’une espèce pourrait disparaître en quelques décennies seulement. Les oiseaux européens ont ainsi perdu 25 % de leurs effectifs en 30 ans, ce qui représente la disparition de 500 millions d’oiseaux.
  • Les mammifères domestiques, ~20 espèces, représentent plus de 90 % de la biomasse totale des mammifères, les 10 % restant sont représentés par ~5 000 espèces de mammifères sauvages. Un phénomène lié aux activités humaines.
  • L’effondrement de la vie sauvage doit nous inviter à nous questionner et à réviser la façon dont on envisage nos relations avec les non-humains, leurs valeurs écologiques, sociales et culturelles.

Ils sont dis­crets, par­fois invis­i­bles. Les ani­maux sauvages vari­ent selon les pays et les lat­i­tudes. En France, cette faune est com­posée d’espèces bien con­nues telles que les cerfs, les cam­pag­nols, les ours et les loups — revenus récem­ment — ou encore les saumons et les pho­ques, mais aus­si d’espèces moins con­nues comme les acariens ou les vers néma­todes, ces derniers for­mant pour­tant la majorité de la faune sauvage en nom­bre d’individus et d’espèces. 

Aujourd’hui, cette faune sauvage vit dans des écosys­tèmes large­ment trans­for­més par les activ­ités humaines. Et bien que cer­taines espèces anthro­pophiles comme le pigeon béné­fi­cient d’environnements façon­nés par les êtres humains, la ten­dance générale pour les espèces sauvages est le plus sou­vent néga­tive, voire désas­treuse. Un pre­mier syn­drome majeur est sans nul doute son déclin, car les ani­maux sauvages dis­parais­sent des écosys­tèmes, effon­drement cat­a­strophique désigné par le terme de « défaunation ».

Les mammifères domestiques, 90% de la biomasse

La défau­na­tion procède, dans un pre­mier temps, du déclin du con­tin­gent des pop­u­la­tions d’espèces. Ces pertes d’effectifs, con­statées chez l’ensemble des vertébrés ter­restres et chez les insectes, peu­vent attein­dre 3 % par an. Les oiseaux européens ont ain­si per­du 25 % de leur effec­tif en 30 ans, ce qui représente la dis­pari­tion de 500 mil­lions d’oiseaux. Citons, en Europe, le déclin emblé­ma­tique d’une espèce « com­mune », le moineau domes­tique, qui souf­fre de la raré­fac­tion de ses proies, notam­ment en milieu urbain. 

Par­fois, la réduc­tion des effec­tifs est d’une telle inten­sité qu’une espèce pour­rait dis­paraître en quelques décen­nies seule­ment. Les extinc­tions actuelles seraient cent à mille fois plus rapi­des que durant les péri­odes géologiques dites « nor­males ». De nom­breuses caus­es de ce déclin ont été doc­u­men­tées. Il s’agit en pre­mier lieu de la dégra­da­tion et frag­men­ta­tion des habi­tats naturels, con­sé­cu­tifs à l’étalement urbain, à l’expansion des zones de cul­ture et d’élevage, de l’uniformisation des paysages agri­coles et l’intensification des pra­tiques asso­ciées, ain­si que de la con­struc­tion de réseaux routiers. Mais les caus­es sont aus­si liées à la sur­ex­ploita­tion des ressources, aux change­ments cli­ma­tiques et aux pol­lu­tions divers­es. Enfin, l’extinction d’une pop­u­la­tion peut entraîn­er des extinc­tions sec­ondaires de pop­u­la­tions d’autres espèces. On par­le alors d’extinctions en cascade.

Les activ­ités humaines induisent égale­ment des change­ments très rapi­des dans la com­po­si­tion des com­mu­nautés avec « l’homogénéisation bio­tique », ou banal­i­sa­tion des faunes locales, asso­ciée au rem­place­ment des espèces spé­cial­istes par des espèces général­istes. L’alouette des champs, spé­cial­iste des milieux agri­coles, laisse par exem­ple la place au mer­le noir dans les champs. Une autre man­i­fes­ta­tion de cette banal­i­sa­tion des com­mu­nautés con­cerne les inva­sions biologiques, c’est-à-dire le rem­place­ment d’espèces autochtones par des espèces exotiques. 

Le change­ment cli­ma­tique joue égale­ment un rôle. De nom­breux ani­maux mod­i­fient cer­taines habi­tudes de vie, en changeant notam­ment leur péri­ode de repro­duc­tion, pour s’adapter aux vari­a­tions climatiques. 

Enfin, depuis 10 000 ans, une réor­gan­i­sa­tion mas­sive s’observe chez les mam­mifères en faveur des espèces domes­tiques au détri­ment des espèces sauvages. Les mam­mifères domes­tiques qui ne comptent qu’une ving­taine d’espèces représen­tent actuelle­ment plus de 90 % de la bio­masse totale des mam­mifères, tan­dis que les mam­mifères sauvages, représen­tés par quelque 5 000 espèces, con­stituent moins de 10 % de cette biomasse. 

Des mesures de réensauvagement 

Ces phénomènes con­duisent à une homogénéi­sa­tion des faunes sauvages, à une perte de diver­sité géné­tique et d’originalité fonc­tion­nelle, avec des con­séquences écologiques majeures. Elle restreint forte­ment les poten­tial­ités écologiques et évo­lu­tives de cette faune, car la diver­sité offre des pos­si­bil­ités de plas­tic­ité, d’adaptation à des envi­ron­nements divers, nou­veaux. Ain­si, la diver­sité des couleurs des ailes (noires ou blanch­es) de la phalène du bouleau a per­mis à ce papil­lon de s’adapter au noir­cisse­ment des troncs des bouleaux au moment de la révo­lu­tion industrielle.

Il reste néan­moins très dif­fi­cile de prédire plus pré­cisé­ment les effets de ces change­ments. Mais l’effondrement de la vie sauvage doit nous inviter à nous ques­tion­ner et à révis­er la façon dont on envis­age nos rela­tions avec les non-humains, leurs valeurs écologiques, sociales et culturelles. 

Il sem­ble par­ti­c­ulière­ment intéres­sant de ménag­er des temps et des espaces prop­ices à l’autonomie des proces­sus naturels et des ani­maux sauvages. Ces mesures de réen­sauvage­ment peu­vent pren­dre des formes var­iées, selon les con­textes soci­aux, géo­graphiques et écologiques. La sup­pres­sion de bar­rages pour restau­r­er la con­ti­nu­ité de cer­taines riv­ières favorise ain­si le retour de cer­tains pois­sons migra­teurs comme l’esturgeon ou l’anguille. Cela prof­ite égale­ment à des espèces inféodées à ces milieux comme la loutre ou le cin­cle plongeur. Par­fois, le mieux reste de ne rien faire, lais­sant sim­ple­ment les dynamiques naturelles se met­tre en place, quitte par­fois à se faire sur­pren­dre. Un autre pro­jet de réen­sauvage­ment con­cer­nant des her­bi­vores est en cours en Europe avec comme espèce emblé­ma­tique le bison qui régule les écosys­tèmes, leur diver­sité, faune et flo­re. En milieu aqua­tique, cette philoso­phie du réen­sauvage­ment con­cerne notam­ment les baleines qui auraient un rôle majeur dans le cycle des nutriments. 

Au sein des agroé­cosys­tèmes, dont dépend notre ali­men­ta­tion, l’agroécologie, en tant que dis­ci­pline, tech­nique et proces­sus, offre une per­spec­tive d’amélioration de nos rela­tions avec la nature et les ani­maux sauvages en par­ti­c­uli­er. En favorisant la diver­sité des cul­tures, en mul­ti­pli­ant les haies, les bosquets et en lais­sant de la place à la flo­re sauvage, l’agroécologie se pro­pose de rem­plac­er des rela­tions hos­tiles avec la nature par des rela­tions mutu­al­istes, en inté­grant la bio­di­ver­sité, l’ensemble de ses pro­priétés, dans les démarch­es agronomiques. Au sein des ter­ri­toires urbains, une faune sauvage plus abon­dante et plus diverse peut égale­ment enrichir la vie des citadins, en matière de qual­ité de vie et de rela­tions sociales. Ce qui sup­pose que la flo­re sauvage soit présente elle aussi.

Notre vision des ani­maux doit évoluer en con­sid­érant les enjeux cul­turels, soci­aux et écologiques asso­ciés à leur présence, leur impor­tance majeure qui est sou­vent ignorée dans les socio-écosystèmes.