Accueil / Tribunes / Afforestation : « les bénéfices sont surestimés »
Tree alley at spring
π Planète

Afforestation : « les bénéfices sont surestimés »

Julia Pongratz
Julia Pongratz
professeure en géographie physique au LMU
Stephen Woroniecki
Stephen Woroniecki
chercheur post-doctoral en sustainability science à l'université de Linköping

Début 2019, un arti­cle sci­en­tifique inti­t­ulé « The glob­al tree restora­tion poten­tial » a été pub­lié par Bastin et al.1 dans la pres­tigieuse revue Sci­ence, faisant immé­di­ate­ment des vagues dans le monde entier. Les auteurs y expliquent que la plan­ta­tion mas­sive d’ar­bres à tra­vers le monde pour­rait per­me­t­tre d’atténuer le change­ment cli­ma­tique dans des pro­por­tions bien plus impor­tantes que ce que l’on imag­i­nait jusqu’alors. Ils con­clu­ent que la plan­ta­tion de 0,9 mil­liard d’hectares d’ar­bres sup­plé­men­taires per­me­t­trait de stock­er 205 mil­liards de tonnes de car­bone, affir­mant ain­si que la restau­ra­tion et la plan­ta­tion de forêts à l’échelle mon­di­ale est « la solu­tion la plus effi­cace à ce jour pour lut­ter con­tre le change­ment cli­ma­tique ».

L’é­tude offrait donc une piste con­crète et fiable pour réduire le CO2 atmo­sphérique, et cela lui a per­mis de devenir dès la fin de l’année le deux­ième arti­cle sur le change­ment cli­ma­tique le plus cité dans la presse, avec près de 600 arti­cles. Néan­moins, cette affir­ma­tion frap­pante a depuis provo­qué une réac­tion vir­u­lente de la part des sci­en­tifiques, notam­ment cinq com­men­taires tech­niques2 indi­quant que l’é­tude sures­ti­mait con­sid­érable­ment le poten­tiel écologique de la plan­ta­tion mas­sive d’ar­bres. Nous nous sommes entretenus avec deux experts représen­tant les indi­quant que l’é­tude sures­ti­mait con­sid­érable­ment le poten­tiel écologique de la plan­ta­tion mas­sive d’ar­bres. Nous nous sommes entretenus avec deux experts représen­tant les per­spec­tives des sci­ences naturelles et sociales pour com­pren­dre les prob­lèmes posés par cette voie en ter­mes écologiques, poli­tiques et scientifiques.

Il y a beau­coup à dire sur la con­tro­verse sci­en­tifique que l’ar­ti­cle de 2019 a sus­citée. Pourquoi ce sujet est-il tou­jours d’actualité, deux ans après ?

Julia Pon­gratz. Les chercheurs de l’é­tude ont util­isé une grande quan­tité de mesures de pho­to-inter­pré­ta­tion et les ont com­binées avec des infor­ma­tions sur le cli­mat et les sols pour cal­culer le poten­tiel mon­di­al de cou­ver­ture des arbres. Ces esti­ma­tions de haute réso­lu­tion de la cou­ver­ture arborée poten­tielle sont indis­pens­ables dans des domaines tels que la recherche sur le cli­mat pour éval­uer la quan­tité de végé­ta­tion qui existe en l’ab­sence d’in­ter­ven­tion humaine. À cet égard, l’é­tude est une réus­site louable. Sur la base de cette nou­velle esti­ma­tion, les auteurs ont ensuite tiré des con­clu­sions con­cer­nant la quan­tité de car­bone qui pour­rait être absorbée si la cou­ver­ture arborée était restau­rée partout [en dehors des ter­res cul­tivées actuelles]. Par rap­port aux esti­ma­tions précé­dentes, l’étude se situ­ait dans la fourchette haute en ter­mes de poten­tiel de réduc­tion du CO2. La plu­part des com­men­taires tech­niques suiv­ants ont cri­tiqué ce point, affir­mant que Bastin et ses coau­teurs ont forte­ment sures­timé les avan­tages envi­ron­nemen­taux de la plan­ta­tion d’arbres.

Stephen Woroniec­ki. La crainte des sci­en­tifiques est que nous sures­timions con­sid­érable­ment la quan­tité de car­bone pou­vant être absorbée par les écosys­tèmes ter­restres. Dans une telle sit­u­a­tion, l’économie mon­di­ale pour­rait con­tin­uer à pro­duire des gaz à effet de serre, et se ren­dre compte trop tard que le puits de car­bone créé par les arbres est moins effi­cace que pré­sumé – ou qu’il est lui-même vul­nérable au change­ment cli­ma­tique. Mais mal­gré les aver­tisse­ments, la plan­ta­tion d’ar­bres con­stitue un élé­ment cen­tral de nom­breuses propo­si­tions poli­tiques. Ain­si, et même si de nom­breux sci­en­tifiques ont rejeté l’ar­ti­cle orig­i­nal, leurs con­clu­sions ont eu un impact sur le débat pub­lic. Planter des arbres ou les laiss­er repouss­er naturelle­ment est un volet impor­tant de la lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique, mais ce n’est pas une solu­tion mir­a­cle, et cela ne peut pas com­penser les émis­sions pro­duites par les autres secteurs de l’économie.

Il sem­ble égale­ment y avoir une cer­taine con­fu­sion quant à la ter­mi­nolo­gie à employ­er, notam­ment entre le « reboise­ment » et le « boise­ment ». Pou­vez-vous nous expliquer ?

SW. Le boise­ment con­siste à planter des arbres là où ils n’ont jamais poussé aupar­a­vant – ou du moins à une époque récente, sig­ni­fica­tive pour nous. Il s’ag­it notam­ment de planter des arbres dans des prairies ou d’autres types d’é­cosys­tèmes qui, his­torique­ment, ont comp­té peu d’ar­bres. La refor­esta­tion con­siste, au con­traire, à replanter des arbres là où ils avaient déjà poussé. C’est le cas, par exem­ple, dans cer­taines par­ties du bassin ama­zonien, où la refor­esta­tion vise à rétablir des forêts préexistantes.

JP. Les sci­en­tifiques craig­nent que le boise­ment n’en­dom­mage des écosys­tèmes essen­tiels à la bio­di­ver­sité et au piégeage du car­bone. Planter des arbres sur des prairies ou drain­er des tour­bières pour y installer des mas­sifs forestiers pour­rait avoir des con­séquences néga­tives sur le cli­mat, mais aus­si sur la faune et la flo­re locales. Les esti­ma­tions de Bastin et ses col­lègues inclu­ent l’aménagement de tous les pâturages, les prairies et les zones arbus­tives, ce qui néces­sit­erait des change­ments mas­sifs dans notre ges­tion agri­cole et/ou nos régimes ali­men­taires actuels.

Il y a eu cinq com­men­taires tech­niques au total. Pou­vez-vous nous par­ler du con­tre­coup scientifique ?

JP. L’une des prin­ci­pales cri­tiques du man­u­scrit orig­i­nal était qu’il lais­sait penser que les écosys­tèmes exis­tants étaient totale­ment décar­bonés, ce qui est claire­ment une hypothèse erronée ; même si les prairies ont peu de bio­masse, les stocks de car­bone des sols sont impor­tants. La sec­tion sur la méthodolo­gie a ain­si été mod­i­fiée a pos­te­ri­ori afin de cor­riger les chiffres, qui sont très sim­i­laires aux orig­in­aux mais tien­nent désor­mais compte du car­bone présent dans les écosys­tèmes actuels. C’est une façon de faire insat­is­faisante pour le proces­sus de pub­li­ca­tion sci­en­tifique : un change­ment méthodologique aus­si impor­tant aurait dû don­ner lieu à une nou­velle val­i­da­tion formelle par les pairs, ce qui ne s’est pas pro­duit. Je pense que la con­fi­ance en la méth­ode sci­en­tifique a été mise à mal. En Alle­magne, l’un des plus grands jour­naux a con­sacré une page entière à cette nou­velle panacée con­tre le change­ment cli­ma­tique… avant de recon­naître, dès le lende­main, que ces affir­ma­tions étaient forte­ment cri­tiquées par des chercheurs renom­més. Cela a lais­sé le pub­lic croire qu’il y avait un dif­férend dans la com­mu­nauté sci­en­tifique, alors que ça n’est pas vrai­ment le cas. L’af­fir­ma­tion selon laque­lle la reforestation/le boise­ment est « notresolu­tion cli­ma­tique la plus effi­cace à ce jour » a ensuite été retirée de l’ar­ti­cle parce qu’elle n’est pas vraie ; de toute évi­dence, la prin­ci­pale solu­tion est de réduire nos émis­sions anthropiques provenant des com­bustibles fos­siles, des car­bon­ates ain­si que de l’u­til­i­sa­tion des ter­res. Mais le mal est fait, et la per­cep­tion publique de ce champ de recherche a été altérée.

Y a‑t-il d’autres préoc­cu­pa­tions importantes ?

SW. Oui, il y a deux autres ques­tions à pren­dre en compte lorsque l’on plante des arbres pour régler le prob­lème du car­bone. L’une con­cerne la bio­di­ver­sité : quels seront les effets de la plan­ta­tion d’ar­bres à grande échelle sur la faune et la flo­re ? Et l’autre est d’or­dre social : com­ment ces pro­jets affecteront-ils les per­son­nes qui vivent dans ces régions ? Le rap­port spé­cial du GIEC sur le change­ment cli­ma­tique et les ter­res émergées3 est une excel­lente ressource sur ces con­séquences néga­tives. Son analyse de la refor­esta­tion mon­tre égale­ment que les effets négat­ifs sur la sécu­rité ali­men­taire seront prob­a­ble­ment moins pronon­cés pour la refor­esta­tion que pour le boise­ment. Tout dépend du type d’arbres plan­tés, de leur emplace­ment et de leur capac­ité à répon­dre aux besoins locaux. Il existe de ter­ri­bles exem­ples de forêts pri­maires abattues dans le seul but de planter des arbres et d’en revendi­quer les béné­fices pour le climat.

Je suis égale­ment préoc­cupé par le fait que les paysages puis­sent être con­sid­érés comme des espaces vides, atten­dant d’être rem­plis. Lorsque l’on car­togra­phie le poten­tiel de restau­ra­tion sans tenir compte des per­son­nes qui y vivent, on court le risque d’empiéter sur les droits des peu­ples, en par­ti­c­uli­er dans les pays où la gou­ver­nance est médiocre et où les droits de l’Homme sont sys­té­ma­tique­ment nég­ligés. Les chances que la restau­ra­tion ou le boise­ment con­tribuent à des résul­tats posi­tifs en matière de développe­ment dans ces endroits sont beau­coup plus faibles.

JP. N’ou­blions pas non plus que lorsque nous par­lons de l’im­pact cli­ma­tique de la cul­ture des arbres, il n’y a pas que le CO2 qui entre en ligne de compte. Nous devons égale­ment nous souci­er des effets biogéo­physiques, comme les change­ments dans les flux d’én­ergie et d’eau. Planter une forêt peut facile­ment mod­i­fi­er les tem­péra­tures locales de plusieurs degrés, selon la région. Nous sommes encore en train de com­pren­dre quelles forêts créent un effet de refroidisse­ment, lesquelles peu­vent entraîn­er un réchauf­fe­ment, s’il est pos­si­ble d’at­ténuer les extrêmes de chaleur ou les con­di­tions de sécher­esse. L’idéal serait de créer des sit­u­a­tions « gag­nant-gag­nant » d’at­ténu­a­tion et d’adap­ta­tion au change­ment cli­ma­tique lorsque la forêt plan­tée con­tre­bal­ance locale­ment l’ef­fet du réchauf­fe­ment planétaire.

Cer­tains pensent que le prob­lème réside en par­tie dans la ten­ta­tive de gér­er la plan­ta­tion d’ar­bres à l’échelle mon­di­ale. La ges­tion locale est-elle une meilleure solution ?

SW. Au sein de la com­mu­nauté des chercheurs, il existe un débat entre les ten­ants d’une approche com­mu­nau­taire et ceux qui priv­ilégient les pro­jets à plus grande échelle, axés sur des objec­tifs globaux et dans lesquels la com­mu­nauté peut être une dimen­sion sec­ondaire. Trou­ver un équili­bre entre les deux est la rai­son pour laque­lle cer­taines organ­i­sa­tions – comme l’UICN et l’Ini­tia­tive pour des solu­tions basées sur la nature de l’U­ni­ver­sité d’Ox­ford – ont établi des garde-fous dans leurs pro­jets de plan­ta­tion à grande échelle. Impli­quer les pop­u­la­tions locales dès le début, écouter leurs his­toires et leurs pri­or­ités peut vous men­er bien plus loin que de débar­quer et de clô­tur­er une nou­velle plantation. 

JP. Toutes les méth­odes ter­restres d’élim­i­na­tion du dioxyde de car­bone sont mis­es en œuvre locale­ment. C’est une très bonne chose de créer une nou­velle cou­ver­ture forestière absorbant le CO2, mais si elle est rasée cinq ans plus tard parce que les agricul­teurs locaux n’ont pas d’autre choix que de s’in­staller sur ces ter­res, on n’a pas beau­coup avancé. Pour éval­uer l’ac­cept­abil­ité sociale de mesures telles que le boise­ment, il est impor­tant de faire inter­venir directe­ment les par­ties prenantes sur le ter­rain. Nous évolu­ons donc désor­mais vers une approche inter­dis­ci­plinaire, dans laque­lle les spé­cial­istes des sci­ences naturelles et les écon­o­mistes, qui se sont tou­jours intéressés aux inter­ac­tions entre les forêts et le change­ment cli­ma­tique, col­la­borent active­ment avec les sci­ences sociales et humaines.

Propos recueillis par Denise Young
1https://​sci​ence​.sci​encemag​.org/​c​o​n​t​e​n​t​/​3​6​5​/​6​4​4​8​/​7​6​.​a​b​s​tract
2https://​www​.ipcc​.ch/​s​r​c​c​l​/​c​h​a​p​t​e​r​/​s​u​m​m​a​r​y​-​f​o​r​-​p​o​l​i​c​y​m​a​kers/
3https://​sci​ence​.sci​encemag​.org/​c​o​n​t​e​n​t​/​3​6​6​/​6​4​6​3​/​e​a​a​y8108

Auteurs

Julia Pongratz

Julia Pongratz

professeure en géographie physique au LMU

Julia Pongratz a étudié la géographie à Munich et à l'université du Maryland, puis a étudié le changement d'affectation des sols en tant que facteur climatique tout au long du dernier millénaire au cours de son doctorat à l'université de Hambourg, qui a remporté plusieurs prix. Après un post-doc au département d'écologie mondiale de la Carnegie Institution à Stanford, où elle s'est penchée sur la sécurité alimentaire et la géo-ingénierie, Julia Pongratz a créé un groupe de recherche junior à l'Institut Max Planck de météorologie sur "la gestion des forêts dans le système terrestre". Elle cherche maintenant à relier les disciplines autour des interactions entre les humains et les écosystèmes, y compris les thèmes de l'élimination du dioxyde de carbone et de la multifonctionnalité des terres sur la voie de la neutralité climatique.

Stephen Woroniecki

Stephen Woroniecki

chercheur post-doctoral en sustainability science à l'université de Linköping

Stephen Woroniecki est un chercheur travaillant avec l'Institut des solutions basées sur la nature de l'université d'Oxford. Il réunit les dimensions sociales et naturelles de défis tels que le changement climatique, la perte de biodiversité et l'inégalité. Ses recherches portent sur le potentiel des "solutions fondées sur la nature" pour relever ces défis, et il s'efforce de faire en sorte que les communautés aient leur mot à dire et leurs droits dans les décisions environnementales qui les concernent. Il a une formation en écologie, en conservation et en résilience - ayant étudié à Édimbourg, Stockholm et Lund - mais il utilise de plus en plus les sciences sociales et humaines pour poser des questions sur le pouvoir social et l'expérience subjective des gens en matière de changement et de réponse environnementale. Il a mené des recherches en Amérique latine, en Europe, en Afrique, en Asie du Sud et dans le Pacifique.