Accueil / Tribunes / Les biais cognitifs sont-ils compatibles avec la méthode scientifique ?
Cognitive biases
π Société

Les biais cognitifs sont-ils compatibles avec la méthode scientifique ?

Patrice Georget
Patrice Georget
enseignant-chercheur en psychosociologie à l’École universitaire de Management IAE Caen

Les biais cog­ni­tifs sont aujourd’hui bien doc­u­men­tés dans la recherche en sci­ences cog­ni­tives1. Ces erreurs sys­té­ma­tiques – et donc prévis­i­bles – témoignent non seule­ment de notre ratio­nal­ité lim­itée, mais aus­si de la direc­tion choisie par nos juge­ments et pris­es de déci­sion. Ils obéis­sent à des mécan­ismes bien pré­cis, aux fonc­tions mul­ti­ples : gér­er de grands flux d’informations, com­penser les lim­ites de notre mémoire, préserv­er l’économie cog­ni­tive, décider rapi­de­ment, accéder à des per­cep­tions sig­nifi­antes, pro­téger l’intégrité du soi, nous ras­sur­er dans nos décisions.

L’étude sci­en­tifique des biais cog­ni­tifs con­siste à con­stru­ire une con­nais­sance rationnelle de notre irra­tional­ité. Pour cela, la méth­ode sci­en­tifique s’appuie d’une part sur la descrip­tion de faits objec­tivables – recen­sés avec des out­ils de quan­tifi­ca­tion ; d’autre part sur des mod­èles expli­cat­ifs invari­ants (des théories) – dont on cherche l’adéquation avec les faits ; et enfin sur une capac­ité à prédire, tester et com­par­er – grâce à une recherche de la causal­ité des phénomènes, ren­due pos­si­ble par l’approche expéri­men­tale2. La vérité n’étant pas tou­jours facile à débus­quer, la sci­ence est nour­rie de con­tro­ver­s­es. Rai­son pour laque­lle la méth­ode sci­en­tifique s’inscrit sur le principe fon­da­men­tal de la « dis­pute », c’est-à-dire de la mise en débat des résul­tats obtenus, entre pairs, sous l’angle de la preuve publique. Elle est donc col­lec­tive, soumise au régime de la pro­ba­tion et de la répli­ca­tion, de la nuance, du temps long, de l’indépendance par rap­port aux pou­voirs, pour con­verg­er vers la vérité.

Les ingré­di­ents de la méth­ode sci­en­tifique et des biais cog­ni­tifs s’avèrent par­fois (pour ne pas dire sou­vent) antag­o­nistes. Sans pré­ten­dre à l’exhaustivité, iden­ti­fions quelques points d’achoppement sig­ni­fi­cat­ifs et sus­cep­ti­bles de mieux com­pren­dre cer­taines pos­tures con­tem­po­raines de défi­ance vis-à-vis de la science.

Confirmer vs. infirmer

Imag­inez que j’aie en tête une règle que je vous pro­pose de devin­er. Je vous informe que la suite de nom­bre « 2, 4 et 6 » respecte cette règle. Pour la devin­er, vous pou­vez me pro­pos­er des suites de trois nom­bres et je vous dirai si elles sont con­formes ou non à ma règle. Lorsque l’on fait l’expérience3, les par­tic­i­pants vont logique­ment faire une hypothèse sur la règle (par exem­ple « suite de nom­bres crois­sant de deux en deux »), et la tester de manière pos­i­tive, avec très majori­taire­ment des séries de jus­ti­fi­ca­tion de type « 16, 18, 20 » puis « 23, 25, 27 ». Or ces propo­si­tions con­fir­ma­toires n’ont pas pour but de tester SI l’hypothèse est vraie, mais QUE l’hypothèse est vraie. Seules des séries qui vont infirmer l’hypothèse for­mulée par les par­tic­i­pants (par exem­ple ici « 3, 6, 9 ») vont per­me­t­tre de véri­fi­er SI elle est vraie. Ce « biais de con­fir­ma­tion d’hypothèse » explique pourquoi nous évi­tons spon­tané­ment et soigneuse­ment la recherche d’arguments qui vont à l’encontre de nos croy­ances : l’aversion à la perte de nos cer­ti­tudes l’emporte sur la pos­si­bil­ité de gag­n­er en nou­velles con­nais­sances. Comme quelqu’un le dis­ait, « la folie, c’est de faire tou­jours la même chose et de s’at­ten­dre à un résul­tat différent ».

On a ten­dance à sures­timer la prob­a­bil­ité d’un évène­ment lorsque l’on sait qu’il s’est déroulé.

La méth­ode sci­en­tifique, à l’inverse, est con­tre-intu­itive, elle nous enseigne com­ment nous méfi­er de ce biais grâce à la tech­nique du dou­ble aveu­gle des­tinée à lim­iter l’auto-persuasion, et à une pos­ture « infir­ma­toire » : met­tre à l’épreuve des hypothès­es en mul­ti­pli­ant des expéri­ences sus­cep­ti­bles de les réfuter. Une théorie « résiste » aux faits jusqu’à preuve du con­traire. Il n’en reste pas moins que l’activité de recherche n’est pas indemne du biais de con­fir­ma­tion, puisque les résul­tats posi­tifs sont con­sid­érable­ment val­orisés pour les pub­li­ca­tions, surtout dans les sci­ences dites « molles ». Par ailleurs, les études de repro­ductibil­ité n’ont pas tou­jours la cote, surtout lorsqu’elles révè­lent à quel point nom­bre de résul­tats de recherch­es en sci­ences humaines et sociales ne sont pas repro­duits4

La puis­sance du biais de con­fir­ma­tion d’hypothèse tient au fait qu’il ne con­cerne pas seule­ment le présent mais aus­si… le passé ! En effet, on a ten­dance à sures­timer la prob­a­bil­ité d’un évène­ment lorsque l’on sait qu’il s’est déroulé : après coup, on se com­porte sou­vent comme si le futur était évi­dent à prévoir (« c’était cou­ru d’avance »), et comme si l’incertitude ou l’inconnu n’intervenaient pas dans les évène­ments. Ce biais con­fir­ma­toire dit « rétro­spec­tif »5 est d’autant plus sail­lant dans les sit­u­a­tions trag­iques, et ceci peut expli­quer les procès d’intention dont sont les cibles les sci­en­tifiques ou les représen­tants poli­tiques une fois con­nu le bilan humain d’une pandémie, d’une attaque ter­ror­iste ou d’une crise économique.

Le biais rétro­spec­tif s’appuie sur l’extraordinaire capac­ité de l’esprit humain à la ratio­nal­i­sa­tion, c’est-à-dire la jus­ti­fi­ca­tion a pos­te­ri­ori des événe­ments. On ne résiste jamais longtemps à se racon­ter une bonne his­toire, quitte à dis­tor­dre la réal­ité6. De ce fait, on priv­ilégie la recherche effrénée des caus­es aux sim­ples cor­réla­tions, les pseu­do-cer­ti­tudes aux prob­a­bil­ités, le déni du hasard à la prise en compte des aléas, la pen­sée dichotomique à la nuance, la sures­ti­ma­tion des faibles prob­a­bil­ités à l’observation neu­tre des faits : pré­cisé­ment tout l’inverse de ce que nous apprend la méth­ode scientifique.

Science dure vs. science humaine

La méth­ode sci­en­tifique peut-elle s’appliquer à l’étude de l’humanité par l’humanité ? Dans une vaste série de recherch­es en psy­cholo­gie sociale expéri­men­tale, Jean-Pierre Deconchy et son équipe ont exploré un sujet pas­sion­nant : la manière dont l’être humain pense l’être humain, et la manière dont l’être humain pense l’étude de l’être humain. À l’aide de mon­tages expéri­men­taux ingénieux rassem­blés en 2000 dans un ouvrage au titre évo­ca­teur (Les ani­maux sur­naturés7), les chercheurs ont mon­tré com­ment, en deçà d’une accul­tur­a­tion sci­en­tifique poussée, cer­tains de nos fil­tres cog­ni­tifs ont pour fonc­tion de nous immu­nis­er con­tre l’idée que nos pen­sées et nos com­porte­ments s’appuient sur des déter­min­ismes naturels. Et que, par con­séquent, en ver­tu de ces fil­tres cog­ni­tifs, la sci­ence serait impro­pre à com­pren­dre et expli­quer la « nature » humaine pro­fonde. Ain­si, l’humanité con­stru­it une déf­i­ni­tion de l’espèce humaine qui l’éloigne de l’idée qu’il serait un être de nature, déter­minable par des lois com­pa­ra­bles aux autres êtres vivants. Der­rière cet impens­able biologique se cache un « autre chose », une « sur-nature », et donc une défi­ance à l’idée même que la sci­ence ait son mot à dire sur ce qu’est l’être humain.

On retrou­ve dans ces recherch­es l’idée d’une ratio­nal­ité lim­itée, mais en ce sens que la con­nais­sance de l’être humain ren­ver­rait néces­saire­ment à autre chose qu’à la ratio­nal­ité. Il est d’ailleurs stupé­fi­ant de con­stater que, par­al­lèle­ment aux pro­grès des sci­ences cog­ni­tives et des neu­ro­sciences, on voit fleurir autant de pseu­do-sci­ences humaines qui leur ajoutent un petit sup­plé­ment d’âme, cette « sur-nature » étudiée par Deconchy : regain du chaman­isme, des médecines énergé­tiques, des tech­niques de développe­ment per­son­nel. La « cau­tion » du vocab­u­laire sci­en­tifique est cen­sée faire autorité (encore un biais cog­ni­tif), dans la même veine que les extrap­o­la­tions fan­tai­sistes récentes qui pré­ten­dent s’inspirer de la physique quan­tique pour jus­ti­fi­er des médecines alter­na­tives ou d’autres phénomènes mys­térieux8.

Penser contre soi-même

Notre cerveau tire des con­clu­sions rapi­des et économes pour nous ren­dre ser­vice. La plu­part du temps, elles sont suff­isantes et à peu près per­ti­nentes pour nos besoins immé­di­ats. Mais par­fois, elles nous desser­vent et nous con­duisent dans des méan­dres qui dis­crédi­tent l’idée même de libre arbi­tre. Lut­ter con­tre soi, con­tre la pente naturelle des biais cog­ni­tifs qui affaib­lis­sent notre dis­cerne­ment, néces­site une for­ma­tion min­i­male à la méth­ode sci­en­tifique, et pas seule­ment chez ceux qui se des­ti­nent à une pro­fes­sion sci­en­tifique. Cela sup­pose aus­si une com­préhen­sion des rac­cour­cis de pen­sée util­isés par notre cerveau pour nous faciliter la vie, et par­fois nous bercer d’une illu­sion de compréhension.

Les fon­da­tions comme « La main à la pâte » et glob­ale­ment tous les dis­posi­tifs « tiers-lieu » dédiés à la médi­a­tion sci­en­tifique, en lien avec les uni­ver­sités et organ­ismes de recherche, sont une urgence socié­tale pour ren­forcer les com­pé­tences psy­cho-sociales, non seule­ment des sco­laires mais aus­si des citoyens. C’est le prix à pay­er pour que la sci­ence ne soit pas perçue comme une croy­ance comme une autre, pour que les opin­ions dou­teuses ou trompeuses ne pri­ment pas sur la vérité, et donc pour que nos démoc­ra­ties main­ti­en­nent leurs com­pé­tences émancipatrices.

1Vin­cent Berthet (2018), L’erreur est humaine. Aux fron­tières de la ratio­nal­ité. Paris, CNRS Edi­tions
2Ben­jamin Mat­alon (1997). Décrire, expli­quer, prévoir. Col­in
3Klay­man, Joshua & Ha, Young-won (1987). “Con­fir­ma­tion, dis­con­fir­ma­tion, and infor­ma­tion in hypoth­e­sis test­ing”. Psy­cho­log­i­cal Review, 94 (2):211–228
4Lar­ivée, S., Sénéchal, C., St-Onge, Z. & Sauvé, M.-R. (2019). « Le biais de con­fir­ma­tion en recherche ». Revue de psy­choé­d­u­ca­tion, 48(1), 245–263
5J. Baron &  J. Her­shey (1988), “Out­come bias in deci­sion eval­u­a­tion”, Jour­nal of Per­son­al­i­ty and Social Psy­chol­o­gy 54(4), pp 569–579
6Lionel Nac­cache (2020). Le ciné­ma intérieur. Pro­jec­tion privée au cœur de la con­science. Odile Jacob
7Jean-Pierre Deconchy (2000). Les ani­maux sur­naturés. Press­es Uni­ver­si­taires de Greno­ble
8(8) Julien Bobroff (2019). « Sept idées fauss­es sur la physique quan­tique ». The Con­ver­sa­tion, https://​the​con​ver​sa​tion​.com/​s​e​p​t​-​i​d​e​e​s​-​f​a​u​s​s​e​s​-​s​u​r​-​l​a​-​p​h​y​s​i​q​u​e​-​q​u​a​n​t​i​q​u​e​-​1​13517

Auteurs

Patrice Georget

Patrice Georget

enseignant-chercheur en psychosociologie à l’École universitaire de Management IAE Caen

Patrice Georget est enseignant-chercheur en psychosociologie à l’Ecole Universitaire de Management IAE Caen qu’il a dirigée de 2015 à 2020. Il a été consultant dans l’industrie en management de la diversité et en prévention des risques. Il est expert auprès de l’APM (Association Progrès du Management) depuis 2009 et intervenant GERME.