0_generique
Accueil / Dossiers / Énergie / Les dernières avancées technologiques de l’énergie nucléaire
π Énergie

Les dernières avancées technologiques de l’énergie nucléaire

3 épisodes
  • 1
    Petits réacteurs : le monde des SMR en ébullition
  • 2
    Nucléaire : qu’est-ce qu’un réacteur de 4ème génération ?
  • 3
    Le thorium peut-il rivaliser avec l'uranium comme combustible nucléaire ?
Épisode 1/3
Isabelle Dumé, journaliste scientifique
Le 30 mars 2022
4 mins de lecture
Renaud_Crassous_29 (1)
Renaud Crassous
directeur du projet SMR pour EDF

En bref

  • Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA), il existe aujourd’hui 443 centrales nucléaires en service dans le monde. Cinquante de plus sont également en construction dans 19 pays.
  • En France, le CEA, EDF, Naval Group et TechnicAtome travaillent ensemble sur le Nuward SMR, une technologie de réacteur à eau pressurisée conçue pour répondre aux besoins croissants du marché mondial de l’électricité décarbonée.
  • À l’origine, les SMRs étaient destinés à amener de l’électricité dans les zones géographiques isolées - un marché forcément limité. Plus récemment, EDF a avancé l’idée de remplacer les centrales à charbon par des petits réacteurs.
  • Le consortium Nuward travaille actuellement sur la phase de conception de son projet. Cette phase, qui s’achèvera fin 2022, comprend l’élaboration de plans architecturaux complets de la centrale et la réalisation de choix importants pour définir la sûreté du réacteur.
Épisode 2/3
Isabelle Dumé, journaliste scientifique
Le 30 mars 2022
3 mins de lecture

En bref

  • Plusieurs pays investissent dans des réacteurs nucléaires de quatrième génération.
  • L’énergie nucléaire de quatrième génération implique un système d'usines de fabrication de combustible et d’installations de retraitement qui, ensemble, permettraient de surmonter certaines des lacunes des centrales nucléaires actuelles.
  • Le plutonium se forme lorsque l’uranium-238 capture les neutrons des réactions de fission nucléaire. La plupart de ces réacteurs doivent être alimentés en uranium-235, mais la plupart des réacteurs de quatrième génération n’ont besoin que d’uranium-238 pour fonctionner.
  • La conception des réacteurs de quatrième génération intègre un certain nombre d'avancées technologiques afin de répondre aux certains critères : durabilité, sûreté nucléaire, compétitivité économique et résistance à la prolifération nucléaire.
Épisode 3/3
Isabelle Dumé, journaliste scientifique
Le 30 mars 2022
4 mins de lecture

En bref

  •  Le thorium pourrait être utilisé dans les réacteurs à sels fondus, l’un des modèles d’énergie nucléaire de nouvelle génération dans lequel le liquide de refroidissement du réacteur et le combustible lui-même sont un mélange de sels fondus chauds.
  • Le Th-232 présente un intérêt pour la production d’énergie nucléaire car il peut facilement absorber des neutrons et se transformer en Th-233. Le Th-233 peut devenir du protactinium-233, qui devient à son tour un isotope fissile et producteur d’énergie : le U-233.
  • Le thorium possède de nombreuses qualités mais également de nombreux inconvénients : difficile à manipuler, métal fertile et non fissile, risques plus élevés.
  • Mais il produit moins de déchets que le plutonium ou l’uranium et reste une option attrayante pour l’avenir de l’énergie nucléaire.

Auteurs

Isabelle Dumé

Isabelle Dumé

journaliste scientifique

Isabelle Dumé est titulaire d'un doctorat en physique. Elle collabore avec différents magazines scientifiques et médias, des institutions publiques et privées, et des acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche en France et dans le monde.