1_gaspillagecout
π Planète π Société
Comment lutter contre le gaspillage alimentaire

Et si la lutte contre le gaspillage empêchait de s’interroger sur la surproduction alimentaire ?

Marina Julienne, journaliste indépendante
Le 11 mai 2022 |
5 mins de lecture
3
Et si la lutte contre le gaspillage empêchait de s’interroger sur la surproduction alimentaire ?
Marie Mourad
Marie Mourad
sociologue et consultante-chercheuse indépendante spécialisée dans la réduction du gaspillage
Barbara Redlingshöfer
Barbara Redlingshöfer
ingénieure d’études à l’Institut National de recherches pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (INRAE)
En bref
  • La production alimentaire disponible de la France et des États-Unis s’élève à plus de 3 500 calories par jour et par personne — pour des besoins estimés autour de 2 000 à 2 500 calories.
  • Contrairement aux idées reçues, une famille nombreuse gaspille moins, par personne, qu’un couple sans enfants, car elle a plus d’opportunités pour proposer les restes cuisinés.
  • Les déductions d’impôts sont le plus souvent calculées en fonction du poids d’aliments donnés, ce qui incite à privilégier la quantité plutôt que la qualité.
  • Les entreprises comme Too Good to Go agissent, par exemple, en faisant signer à 62 entreprises un pacte visant à réduire le gaspillage alimentaire dû aux dates de consommation.

Aujourd’hui, la pro­duc­tion ali­men­taire disponible de la France et des États-Unis s’élève à plus de 3 500 calo­ries par jour et par per­son­ne — pour des besoins estimés autour de 2 000 ou au max­i­mum 2 500 calo­ries. Mais ces chiffres sont rarement cités par ceux qui lut­tent con­tre le gaspillage, qu’ils soient indus­triels, asso­ci­at­ifs, ou politiques.

Le gaspillage devient un marché

Marie Mourad a étudié le sujet en France et aux États-Unis, et a mis en avant, dans sa thèse, cet effet per­vers des poli­tiques de réduc­tion des pertes et gaspillage. « Dans les deux pays, ce sont des firmes de la grande dis­tri­b­u­tion et de l’industrie agroal­i­men­taire, de con­cert avec le min­istère de l’Agriculture en France et des asso­ci­a­tions envi­ron­nemen­tales aux États-Unis, qui ont pro­duit des esti­ma­tions chiffrées met­tant l’accent sur les pour­cent­ages de pro­duits jetés, secteur par secteur, sans inter­roger ni les quan­tités pro­duites ni la nature des ali­ments con­cernés. Ils encour­a­gent ain­si une déf­i­ni­tion du gaspillage comme un prob­lème d’optimisation de la pro­duc­tion exis­tante, de la dis­tri­b­u­tion et de la con­som­ma­tion et priv­ilégient l’utilisation des excé­dents exis­tants plutôt que leur réduc­tion à la source. »

Comme elle le mon­tre, une con­cur­rence se développe, au cours des années 2010, entre les dif­férents usages des excé­dents. Cher­chant à utilis­er des pro­duits ali­men­taires non ven­dus, des firmes ren­for­cent les cir­cuits de dons d’aliments con­som­ma­bles auprès d’associations d’aide ali­men­taire, générant des con­trepar­ties finan­cières (inci­ta­tion fis­cale le plus sou­vent) pour les donateurs.

Cer­tains respon­s­ables du développe­ment durable de firmes du secteur ali­men­taire met­tent égale­ment en place le recy­clage et la vente de matières non con­som­ma­bles, en parte­nar­i­at avec des entre­pris­es de traite­ment des déchets. Des fon­da­teurs de start-ups et d’associations sai­sis­sent l’opportunité de ces évo­lu­tions pour dévelop­per des activ­ités inter­mé­di­aires qui ren­for­cent des cir­cuits exis­tants et créent de nou­veaux cir­cuits de trans­for­ma­tion et de réal­lo­ca­tion des excé­dents. « Ces évo­lu­tions révè­lent un mécan­isme que l’on pour­rait qual­i­fi­er de re-marchan­di­s­a­tion d’excédents, souligne Marie Mourad. Leur nou­velle valeur marchande repose en par­tie, para­doxale­ment, sur leur car­ac­tère dé-marchan­disé (non ven­du) ou non marchan­disé (non des­tiné à être vendu). »

Autre effet per­vers de la lutte con­tre le gaspillage telle qu’elle est organ­isée pour l’instant : les déduc­tions d’impôts sont le plus sou­vent cal­culées en fonc­tion du poids d’aliments don­nés, ce qui incite à priv­ilégi­er la quan­tité plutôt que la qual­ité. Par exem­ple aux États-Unis, mais aus­si en France, les canettes de sodas sont assim­ilées à de la nour­ri­t­ure : leur don est rémunéra­teur pour les entre­pris­es alors même qu’il est délétère pour des pop­u­la­tions béné­fi­ci­aires qui souf­frent déjà de mal­nu­tri­tion, sur­poids ou obésité… 

En revanche, aucune mesure ne freine les dis­trib­u­teurs dans leurs propo­si­tions tou­jours plus alléchantes de pro­mo­tions qui poussent à la con­som­ma­tion, sur des rayons générale­ment bien plus vis­i­bles et mieux présen­tés que ceux où sont stock­ées les marchan­dis­es presque périmées et donc pro­posées à moin­dre coût. 

Le gaspillage est multifactoriel

Autre prob­lé­ma­tique de la lutte con­tre le gaspillage : la néces­sité — et la dif­fi­culté — d’agir sur plusieurs fac­teurs et/ou acteurs en même temps. Bar­bara Redling­shöfer, chercheuse à l’Inrae, vient de ter­min­er une thèse sur les pertes et gaspillages ali­men­taires en ville et s’est intéressée aux poli­tiques publiques qui visent la réduc­tion du gaspillage et des déchets ali­men­taires en région parisi­enne. Elle a pu con­stater qu’il existe un grand nom­bre de poli­tiques publiques qui pro­posent des leviers d’action, comme des cam­pagnes de sen­si­bil­i­sa­tion, l’incitation fis­cale au don ali­men­taire ou encore le tri des bio-déchets et leur com­postage ou méthanisation.

Ces cam­pagnes s’inscrivent dans des poli­tiques liées à l’alimentation, aux déchets ou encore à l’énergie, à des niveaux admin­is­trat­ifs var­iés. Mais elles sont peu coor­don­nées entre elles. Par exem­ple, un « plan com­post » n’est pas artic­ulé avec les actions de lutte con­tre le gaspillage et peut même, implicite­ment, légitimer le fait de jeter de la nour­ri­t­ure, en asso­ciant le com­postage à un geste positif !

La majorité des déchets ali­men­taires est aujourd’hui traitée par inc­inéra­tion, grâce à un secteur de col­lecte et de traite­ment per­for­mant qui a besoin d’être ali­men­té… en déchets ! Certes, le cadre lég­is­latif prévoit l’élargissement de la col­lecte des déchets ali­men­taires et leur recy­clage, mais on est très loin des objec­tifs. « Nous avons besoin d’articuler et de créer des syn­er­gies entre ces dif­férentes poli­tiques au lieu de les gér­er en silo, souligne Bar­bara Redling­shöfer. Sinon, on a rai­son de crain­dre qu’elles restent inef­fi­caces. »

Les Pro­jets ali­men­taires ter­ri­to­ri­aux (PAT) qui ont pour objec­tif de relo­calis­er l’agriculture et l’alimentation dans les ter­ri­toires devraient donc tenir compte, dès leur élab­o­ra­tion, de ce type d’interactions.

Différences individuelles

Par ailleurs, elle souligne à quel point les com­porte­ments des indi­vidus face au gaspillage sont divers et com­plex­es et néces­si­tent d’être analysés au niveau des ménages et leurs activ­ités donc au-delà des indi­vidus. « Il y a bien sûr des sen­si­bil­ités indi­vidu­elles plus ou moins récep­tives à cette prob­lé­ma­tique. Mais selon la com­po­si­tion du foy­er, le méti­er, les loisirs, l’offre en mag­a­sins dans le quarti­er, les pra­tiques peu­vent différer ! »

Par exem­ple, con­traire­ment aux idées reçues, une famille nom­breuse, par per­son­ne, gaspille moins qu’un cou­ple sans enfants, car elle a plus d’opportunités pour pro­pos­er les restes cuis­inés. Autre exem­ple, selon que les per­son­nes ont du temps pour faire des cours­es dans la journée ou non, elles peu­vent rem­plir leur fri­go au plus près des besoins, ou au con­traire faire des stocks, dont une par­tie risque de finir à la poubelle. Il sera impor­tant d’analyser com­ment le développe­ment du télé­tra­vail affectera le gaspillage.

On peut faire l’hypothèse qu’il est plus facile pour une per­son­ne qui télé­tra­vaille à son domi­cile de faire les cours­es quo­ti­di­en­nement que pour celle qui a une heure de tra­jet quo­ti­di­en pour aller au bureau. Enfin, des aspi­ra­tions à manger « sain », peu­vent entr­er en con­flit avec le fait de gaspiller moins, car manger « sain » est sou­vent asso­cié à manger des pro­duits, notam­ment des fruits et légumes, les plus frais possibles…

« Ce champ de recherch­es sur les pra­tiques ali­men­taires des ménages et leurs déter­mi­nants est récent, mais quand on voit la mul­ti­plic­ité des fac­teurs en inter­ac­tion, on sait déjà qu’il va fal­loir trou­ver dif­férents leviers d’actions, et ne pas réfléchir en silos comme on a ten­dance à le faire aujourd’hui, en ciblant chaque caté­gorie — les con­som­ma­teurs, les dis­trib­u­teurs, les pro­duc­teurs — séparé­ment », con­clut Bar­bara Redlingshöfer.

Les projets de sensibilisation sont en cours 

« Quelques bonnes nou­velles tout de même, la sen­si­bil­i­sa­tion au gaspillage pro­gresse et la mobil­i­sa­tion pour les “moches” par exem­ple porte ses fruits, souligne Marie Mourad. »

Sur la ques­tion des dates de péremp­tion, l’entreprise Too good to go a obtenu de réelles avancées en faisant sign­er à 62 entre­pris­es un pacte visant à réduire le gaspillage ali­men­taire dû aux dates de con­som­ma­tion. Ain­si, 3 000 gammes de pro­duits sen­si­bilisent le con­som­ma­teur sur les Dates de Dura­bil­ité Min­i­male (DDM) avec des pic­togrammes « Observez, sen­tez, goûtez » pour l’inciter à utilis­er ses sens, et plus de 600 rayons anti-gaspi ont été déployés pour ven­dre des pro­duits à DDM proche ou dépassée. Preuve qu’il est pos­si­ble de con­tourn­er cer­tains obsta­cles réglementaires.

Enfin, quelques con­seils don­nés aux ménages, s’ils sont respec­tés, ont une réelle effi­cac­ité : faire des listes de cours­es avant d’aller en mag­a­sin évite les achats impul­sifs, dos­er les quan­tités à cuisin­er selon les besoins et appren­dre à cuisin­er des restes empêche les poubelles de se rem­plir trop vite. Et de citer en exem­ple la Grande-Bre­tagne, qui a mené un vrai tra­vail de ter­rain, en mobil­isant les éner­gies locales au plus près des familles, en organ­isant des ate­liers cuisines, des for­ma­tions pour ren­forcer leur capac­ité à mieux gér­er leur alimentation.

En France, des asso­ci­a­tions comme Familles rurales mènent des actions équiv­a­lentes sur tout le ter­ri­toire, au plus près des ménages.