0_ChineUsa
Accueil / Dossiers / Économie / La guerre technologique entre la Chine et les USA
π Économie π Géopolitique

La guerre technologique entre la Chine et les USA

3 épisodes
  • 1
    Indo-Pacifique : le commerce pour empêcher la guerre ?
  • 2
    Les semi-conducteurs au cœur de la rivalité Chine-USA
  • 3
    Comment la Chine veut gagner la course à la suprématie technologique
Épisode 1/3
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 23 mars 2022
4 mins de lecture
Pierre Grosser
Pierre Grosser
professeur d'histoire à Sciences Po Paris

En bref

  • L’idée d’un régionalisme ouvert facilitant les échanges commerciaux Asie-Pacifique est au départ un compromis entre les États-Unis et un Japon dont ils craignent la puissance économique.
  • Dès les années 1990, la montée en puissance de la Chine a suscité des interrogations, mais l’intégration commerciale se poursuit.
  • C’est vers 2007 que le défi chinois précipite un rapprochement entre l’Amérique et l’Inde, avec l’apparition du thème de l’Indo-Pacifique.
  • Depuis dix ans la politique chinoise dans la région devient plus assertive, et les craintes qui avaient entouré l’essor japonais resurgissent.
  • Tout récemment cet espace qui avait été conçu pour neutraliser un conflit (économique) est redevenu un espace de confrontation économique, politique, et stratégique.
Épisode 2/3
Clément Boulle, Directeur exécutif de Polytechnique Insights
Le 23 mars 2022
5 mins de lecture
Mathieu Duchatel
Mathieu Duchâtel
directeur du programme Asie de l'Institut Montaigne

En bref

  • Le marché des semi-conducteurs pèse près de 600 milliards de dollars et est primordial pour des secteurs comme l’automobile ou l’informatique.
  • Il y a deux facteurs à la crise des semi-conducteurs : la rupture de l’approvisionnement consécutif à la crise du Covid et la compétition sino-américaine qui a amené des acteurs chinois menacés de restrictions d’accès par les États-Unis.
  • On observe un mouvement de soutien à la production nationale pour atténuer l’interdépendance. Trump a fait un pont d’or au taïwanais TSMC, qui construit actuellement une gigantesque usine en Arizona.
  • La Chine a des ambitions de leadership, mais elle en est très loin. Elle a fixé un objectif de production de 75% de ses besoins en semi-conducteurs pour 2025 et elle est actuellement à 15%.
Épisode 3/3
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 23 mars 2022
6 mins de lecture
Nigel Inkster
Nigel Inkster
conseiller principal à l'Institut international d'études stratégiques (IISS) et ancien directeur des opérations et du renseignement pour les services secrets britanniques (MI6)

En bref

  • À la fin de la Révolution culturelle, lorsque la Chine a commencé à se reformer, une importante cohorte de jeunes gens instruits qui avaient été envoyés à la campagne pour être rééduqués sont revenus dans les villes et sont devenus entrepreneurs.
  • Le Parti Communiste Chinois a alors simplement laissé les entreprises prospérées avant d’en prendre possession, c’est ce qu’on appelle du “capitalisme de surveillance”.
  • En devenant une puissance technologique, la Chine s’est donnée comme objectifs de faire de ses normes technologiques, des normes mondiales afin de dominer le domaine de l’industrie.
  • Les Etats Unis se dressent donc face à la montée en puissance de la Chine créant une compétition existentielle entre capitalisme et communisme

Auteurs

Richard Robert

Richard Robert

journaliste et auteur

Éditeur du site Telos et auteur, Richard Robert enseigne à Sciences-Po. Il a dirigé la Paris Innovation Review de 2012 à 2018. Derniers ouvrages : Le Social et le Politique (dir., avec Guy Groux et Martial Foucault), CNRS éditions, 2020, La Valse européenne (avec Élie Cohen), Fayard, publié en mars 2021.

Clément Boulle

Clément Boulle

Directeur exécutif de Polytechnique Insights

Clément Boulle a une double expérience de journaliste et d'entrepreneur. Il a démarré sa carrière comme journaliste puis rédacteur en chef dans le groupe de la Dépêche du Midi notamment en pilotant le développement éditorial d'un titre de presse locale à Sète. Il a ensuite créé puis revendu la start-up de marketing digital Local Media à destination des annonceurs locaux. Il a également travaillé pour la Croix-Rouge française en tant que consultant afin de concevoir un incubateur d’innovations sociales. Clément est diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) et titulaire d'un executive MBA de l'INSEAD.