0_Generique
Accueil / Dossiers / Espace / Conquête de Mars : fantasme ou projet réaliste ?
π Espace

Conquête de Mars : fantasme ou projet réaliste ?

4 épisodes
  • 1
    « Mars est la nouvelle frontière américaine »
  • 2
    « Il s’agit d’aller sur Mars, mais surtout d’en revenir ! »
  • 3
    Quels sont les nouveaux services spatiaux commerciaux ?
  • 4
    Pour une éthique de l’exploration spatiale
Épisode 1/4
Sophy Caulier, journaliste indépendante
Le 8 septembre 2021
4 mins de lecture
Francis Rocard
Francis Rocard
astrophysicien responsable des programmes d'exploration du système solaire du CNES

En bref

  • Aujourd'hui, les projets d'exploration concernent surtout Mars.
  • Pour y parvenir, il faudrait multiplier par quatre le budget annuel de la NASA – actuellement d'environ 22 milliards de dollars.
  • La stratégie est de partir de l'orbite lunaire grâce au Lunar Orbital Platform Gateway (LOP-G) à 380 000 km de la Terre.
  • Cette étape de la LOP-G permettra de faire des PoC, des Proof of concept, sans lesquels on ne saura jamais s'il est possible d'aller sur Mars.
  • Prévue pour une dizaine d'années, cette phase pourrait aussi durer jusqu'à deux, voire trois, décennies et tant qu'elle dure, elle consommera une grosse partie du budget de la NASA.
Épisode 2/4
Sophy Caulier, journaliste indépendante
Le 8 septembre 2021
4 mins de lecture
Gerald Sanders
Gerald Sanders
responsable de la capacité du système ISRU de la NASA

En bref

  • Il faut trois jours pour aller ou revenir de la Lune et le voyage vers Mars dure entre six et huit mois.
  • Pour des missions d'exploration spatiale de longue durée, les astronautes devront donc trouver ou produire de quoi subvenir à leurs besoins.
  • Le programme d'utilisation des ressources in situ (In Situ Resource Utilisation, ISRU) développe les techniques pour localiser, extraire, transformer et exploiter les ressources locales.
  • Aujourd'hui, les développements portent surtout sur la production de carburant ; le méthane ou l’hydrogène.
  • Il y a quatre principaux défis à relever : connaitre les ressources disponibles sur place ; savoir comment les exploiter ; maîtriser l'environnement ; et assurer la fiabilité du projet.
Épisode 3/4
Sophy Caulier, journaliste indépendante
Le 8 septembre 2021
5 mins de lecture
Stefaan de Mey
Stefaan de Mey
chargé de stratégie senior pour l'exploration humaine et robotique à l'Agence spatiale européenne (ESA)

En bref

  • Aujourd'hui, l'espace, ou plutôt la LEO (Low Earth Orbit), l'orbite basse de la Terre, est à 90 % commercial et à 10 % institutionnel.
  • Il s'agit maintenant d'intégrer la Lune et les vols habités à cette économie, ce qui est en train de démarrer avec le tourisme spatial.
  • Selon la banque américaine, le poids économique du secteur devrait passer de 350 milliards de dollars en 2016 à 1 billion de dollars en 2040.
  • L'Europe dispose d'une infrastructure de base pour l'expérimentation scientifique dans l'espace, mais elle n'est pas utilisée à 100 %.
  • C’est un nouveau marché sur lequel L’ESA veut être présent et proposera des services commerciaux en orbite basse et en prépare d'autres pour la « future économie lunaire ».
Épisode 4/4
Jacques Arnould, chargé des questions éthiques au CNES
Le 8 septembre 2021
5 mins de lecture
Jacques Arnould
Jacques Arnould
chargé des questions éthiques au CNES

En bref

  • Depuis le lancement de Spoutnik, le COSPAR, le Comité pour la recherche spatiale créé en 1958, a élaboré des règles afin de préserver les sites d’exploration.
  • Les mesures prises consistent à des opérations de stérilisation et des manœuvres afin de préserver l’intégrité des sites ainsi que protéger la vie sur Terre.
  • Cependant, le CNES, l’agence spatiale française, est la seule à compter dans ses rangs un expert éthique : Jacques Arnould, docteur en histoire des sciences et en théologie.
  • Il s’interroge sur la manière dont sont menées les missions d’exploration spatiale et sur leurs effets.
  • Par exemple, si l’espace n’est pas à vendre : qui sera le garant de l’application du droit de l’espace ?

Auteurs

Sophy Caulier

Sophy Caulier

journaliste indépendante

Sophy Caulier est diplômée en Lettres (Université Paris-Diderot) et en Informatique (Université Sorbonne Paris Nord). D'abord journaliste en rédaction à Industrie & Technologies puis à 01 Informatique, elle est devenue journaliste pigiste pour des quotidiens (Les Echos, La Tribune), des magazines spécialisés - ou pas - et des sites web. Elle écrit sur le numérique et l'économie en général, mais aussi sur le management, les PME, l'industrie ou le spatial. Aujourd'hui, elle écrit principalement pour Le Monde et The Good Life.

Jacques Arnould

Jacques Arnould

chargé des questions éthiques au CNES

Historien des sciences, ingénieur agronome, théologien, Jacques Arnould est en charge des questions éthiques au Centre national d’études spatiales (CNES) depuis 2001.