2_sobrieteNumeriqChangementEconomique
π Planète
Comment réduire l’empreinte carbone du numérique ?

« 99 % de l’empreinte carbone d’un smartphone est liée à sa production »

Sophy Caulier, journaliste indépendante
Le 22 septembre 2021 |
4 mins de lecture
1
« 99 % de l’empreinte carbone d’un smartphone est liée à sa production »
Hugues Ferreboeuf
Hugues Ferreboeuf
directeur de projet chez The Shift Project et cofondateur Virtus Management
En bref
  • La consommation énergétique du secteur numérique relève à 45 % de la production des équipements et à 55 % de l'usage qui en est fait.
  • Le Think tank The Shift Project a démontré que l'amélioration du ratio d'efficacité énergétique ne suffisait pas à compenser l'augmentation des usages.
  • Le téléchargement vidéo représente à présent entre 65 et 70 % des flux de données mondiaux et elle est responsable de 20 % des émissions de GES du secteur.
  • Les techniques marketing et technologiques comme le ‘design addictif’ des fournisseurs comme Netflix nous incitent à consommer plus.
  • Pour Hugues Ferreboeuf, nous devons changer de modèle économique et les ressources numériques devraient être considérées comme des ressources rares.

Vous avez dirigé le groupe de tra­vail du think tank The Shift Project qui a pub­lié, en 2018, un rap­port inti­t­ulé « Pour une sobriété numérique ». Quel con­stat faisiez-vous alors ?

Hugues Fer­re­boeuf. Il s’agis­sait d’analyser l’évo­lu­tion de l’empreinte envi­ron­nemen­tale du numérique1. La con­som­ma­tion énergé­tique du secteur relève à 45 % de la pro­duc­tion des équipements et à 55 % de l’usage qui en est fait. Nous avions iden­ti­fié deux dynamiques à l’œu­vre. D’une part, la dynamique tech­nologique procu­rait d’im­por­tants gains d’ef­fi­cac­ité énergé­tique à chaque nou­velle généra­tion d’équipements, c’est-à-dire qu’il était pos­si­ble de faire plus de choses avec la même con­som­ma­tion d’én­ergie ; d’autre part, nous avons observé une explo­sion des usages. Et nous avons démon­tré que l’amélio­ra­tion du ratio d’ef­fi­cac­ité énergé­tique ne suff­i­sait pas pour com­penser l’aug­men­ta­tion des usages.

© The Shift Project, Dis­tri­b­u­tion de l’empreinte car­bone du numérique mon­di­al par poste en 20192

Autrement dit, pour que le numérique fasse preuve de sobriété énergé­tique, qu’il réduise son empreinte envi­ron­nemen­tale, il faut inévitable­ment voir com­ment lim­iter le développe­ment de cer­tains usages peu vertueux en matière envi­ron­nemen­tale, la vidéo notam­ment ! Celle-ci représente à présent entre 65 et 70 % des flux de don­nées mon­di­aux et, avec plus de 300 mil­lions de tonnes de CO2 émis­es par an, elle est respon­s­able de 20 % des émis­sions de gaz à effet de serre (GES) par­mi les émis­sions de l’IT. Surtout, moins de 10 % des usages sont pro­fes­sion­nels comme la visio­con­férence ou la télémédecine. Le reste se répar­tit entre le vision­nage de vidéos qui sont soit des films, soit du porno, soit des clips soit encore ces petites vidéos qui se déclenchent automa­tique­ment lorsque vous con­sul­tez un site. Ces chiffres nous ont amenés à pub­li­er un rap­port dédié en 20193 dans lequel nous appelons à dimin­uer le poids et l’usage de la vidéo de loisir, ce qui néces­site une forme de régu­la­tion et donc un débat sociétal.

Com­ment peut-on lim­iter, frein­er les usages ?

C’est com­pliqué, il ne s’ag­it pas d’avoir une approche morale ! Le prob­lème est que les usages ne se rem­pla­cent pas, ils s’ad­di­tion­nent. Le pas­sage du DVD au stream­ing, par exem­ple, s’est traduit par un allonge­ment du temps d’écran. Si les émis­sions aug­mentent chaque année, c’est parce que nous con­som­mons plus. Et si nous con­som­mons plus, c’est parce que les mod­èles économiques des four­nisseurs, leurs tech­niques mar­ket­ing et tech­nologiques nous inci­tent à con­som­mer plus. Des procédés sim­ples comme par exem­ple l’an­nonce du prochain épisode et son démar­rage automa­tique font que l’on reste devant son écran. C’est ce que l’on appelle le “design addic­tif”. Autre aspect, le coût de l’abon­nement, de Net­flix par exem­ple, réduit le coût mar­gin­al de l’abon­nement qui fait que plus vous con­som­mez moins c’est cher. Mais dès lors que nous sommes con­scients des impacts de notre con­som­ma­tion, notre inac­tion devient con­damnable. Il ne s’ag­it pas seule­ment d’une ques­tion de respon­s­abil­ité indi­vidu­elle. Il faut chang­er de mod­èle économique.

L’amélio­ra­tion et les pro­grès des tech­nolo­gies peu­vent-ils con­tribuer à réduire la con­som­ma­tion énergétique ?

Oui, mais cela ne suf­fi­ra pas à absorber l’aug­men­ta­tion des usages. De plus, cer­taines tech­nolo­gies arrivent à leurs lim­ites physiques. De fait, on va plutôt assis­ter à un ralen­tisse­ment des gains en effi­cac­ité énergé­tique au cours des prochaines années. Nous avons mis à prof­it cette analyse qui fai­sait la part des pra­tiques indi­vidu­elles et de la struc­tura­tion de l’of­fre dans un rap­port pub­lié en octo­bre 2020, inti­t­ulé “Déploy­er la sobriété numérique”4. Car la crois­sance des usages numériques est un phénomène sys­témique dans lequel l’of­fre et la demande jouent mais aus­si le cadre poli­tique et régle­men­taire. Pour résoudre un prob­lème sys­témique, il faut une solu­tion sys­témique, il faut agir sur les dif­férents vecteurs qui con­duisent à cette “sur­crois­sance”. Dans ce rap­port, nous avons pub­lié une sorte de référen­tiel méthodologique des­tiné aux entre­pris­es au sens large afin de les aider à inté­gr­er les principes de la sobriété numérique dans tout ce qui com­pose leur sys­tème d’in­for­ma­tion. Car aujour­d’hui que le numérique est partout, les entre­pris­es ne peu­vent pas se lim­iter à une approche tech­nologique de la ques­tion de la sobriété. Celle-ci devient une préoc­cu­pa­tion du Comex qui doit être inté­grée à la stratégie de l’entreprise.

Con­crète­ment, com­ment peut-on réduire son empreinte envi­ron­nemen­tale liée au numérique ?

Tout d’abord, en ne changeant pas aus­si sou­vent de smart­phone ! En France, on change d’ap­pareil en moyenne tous les 20 mois. Ce qu’il faut savoir c’est que 99 % de l’empreinte car­bone d’un smart­phone est liée à sa pro­duc­tion et à son achem­ine­ment jusqu’à la France. Ailleurs dans le monde, cette part est de 90 % en moyenne. La dif­férence tient à ce que l’élec­tric­ité est très décar­bonée en France… Ensuite, il faut éviter de mul­ti­pli­er les gad­gets, les acces­soires et les équipements sup­plé­men­taires. Le nom­bre d’ob­jets con­nec­tés, d’écrans, d’ap­pareils, etc, par per­son­ne aux Etats-Unis passerait de 13 aujour­d’hui à 35 objets en 2030. Et ce que l’on observe, c’est que la crois­sance est plus forte là où il y a déjà pléthore d’équipements, à savoir en Amérique du Nord, en Europe occi­den­tale et au Japon. Autrement dit, on va pro­duire 70 mil­liards d’ob­jets numériques entre main­tenant et 2030, objets qui vont con­som­mer de l’én­ergie pour fonc­tion­ner mais aus­si pour être fab­riqués. Enfin, il faut priv­ilégi­er les usages fix­es sur les usages mobiles. Si vous regardez Net­flix, faites-le depuis chez vous via la fibre plutôt qu’en 5G dans le métro. Mieux, allez pass­er une heure en forêt au lieu de regarder Net­flix pen­dant des heures ! Les ressources numériques doivent désor­mais être con­sid­érées comme des ressources rares, ce qu’elles ne sont plus depuis longtemps. Avant, quand la puis­sance de cal­cul était lim­itée, l’écri­t­ure d’un logi­ciel était soignée pour lim­iter le besoin en cal­cul. Retrou­vons cette sobriété.

1https://​theshift​pro​ject​.org/​a​r​t​i​c​l​e​/​p​o​u​r​-​u​n​e​-​s​o​b​r​i​e​t​e​-​n​u​m​e​r​i​q​u​e​-​r​a​p​p​o​r​t​-​s​hift/
2https://​theshift​pro​ject​.org/​w​p​-​c​o​n​t​e​n​t​/​u​p​l​o​a​d​s​/​2​0​2​1​/​0​3​/​N​o​t​e​-​d​a​n​a​l​y​s​e​_​N​u​m​e​r​i​q​u​e​-​e​t​-​5​G​_​3​0​-​m​a​r​s​-​2​0​2​1.pdf
3https://​theshift​pro​ject​.org/​a​r​t​i​c​l​e​/​c​l​i​m​a​t​-​i​n​s​o​u​t​e​n​a​b​l​e​-​u​s​a​g​e​-​v​ideo/
4https://​theshift​pro​ject​.org/​a​r​t​i​c​l​e​/​d​e​p​l​o​y​e​r​-​l​a​-​s​o​b​r​i​e​t​e​-​n​u​m​e​r​i​q​u​e​-​r​a​p​p​o​r​t​-​s​hift/