0_revenuUniversel
Accueil / Dossiers / Économie / La pandémie relance-t-elle le débat sur le revenu universel ?
π Économie

La pandémie relance-t-elle le débat sur le revenu universel ?

4 épisodes
  • 1
    Le revenu minimum universel, utopie ou disruption ?
  • 2
    Un revenu universel pour éliminer les « bullshit jobs » ?
  • 3
    « Le revenu universel n’est pas un État-providence 2.0 »
  • 4
    Quelques exemples de « revenus universels »
Épisode 1/4
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 13 octobre 2021
5 mins de lecture

En bref

  • Formalisée dans les années 1980, l’idée d’un « revenu minimum universel » est longtemps restée marginale, pour ne pas dire utopique.
  • Plus récemment le Kenya, l’Inde et la Finlande ont lancé des expérimentations, la Suisse a organisé un référendum et, en 2020, les États-Unis ont distribué 1200 dollars par personne à tous les ménages pour faire face à la pandémie.
  • Ses défenseurs affirment qu'il est simple, équitable et efficace, faisant référence au fait que malgré les sommes énormes consacrées au « social », la pauvreté n’a pas disparu des pays riches.
  • Mais à ses critiques pointent du doigt l’incitation à travailler ayant pour risque de vider certains emplois de leur attrait et renchérirait considérablement le coût d’autres.
  • L’idée d’un revenu minimum universel soulève donc des objections aussi sérieuses que les justifications qui viennent à son appui.
Épisode 2/4
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 13 octobre 2021
5 mins de lecture
Philippe Van Parijs
Philippe Van Parijs
professeur invité aux Universités de Louvain et Leuven

En bref

  • L’idée d’un revenu minium universel s’est accélérée en 2016 avec l’expérimentation finlandaise, le référendum suisse et la campagne électorale de Benoît Hamon.
  • Aussi, en 2020, pendant la pandémie, on a jugé qu’après tout, il n’était pas si scandaleux de verser à chacun, fût-ce temporairement, un revenu individuel.
  • Pour Philippe Van Parijes, un revenu de base modeste qui ne pourrait pas se substituer entièrement aux dispositifs d’assistance conditionnels, s’auto-financerait largement.
  • La question cruciale ne porte pas sur l’offre de travail mais sur le capital humain, impossible à calculer sans savoir comment nos systèmes éducatifs s’adapteront parallèlement aux exigences du XXIe siècle.
  • Il estime toutefois qu’un revenu inconditionnel pourra contribuer à éliminer les bullshit jobs et encourager l’essor d’emplois dont la qualité intrinsèque est telle qu’une rémunération nette très modeste suffit à attirer et stabiliser de nombreux travailleurs.
Épisode 3/4
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 13 octobre 2021
5 mins de lecture
Juilen Damon
Julien Damon
enseignant à Sciences-Po, à HEC et à l’En3s et dirigeant de la société Éclairs

En bref

  • Les partisans du revenu universel appartiennent à plusieurs familles intellectuelles et politiques : la plus connue vise à compléter l’État-providence avec un socle universel, mais une autre mise sur le revenu universel pour pulvériser ce même État.
  • Historiquement, la protection sociale, à vocation collective sinon universelle, a constitué un dépassement de l’assistance qui, même publique, relevait encore du monde de la bienfaisance et de la philanthropie.
  • Pour Julien Damon, le revenu universel n’est pas la baguette magique qui permettrait de parfaire l’édifice issu de l’histoire ; si l’objectif d’un revenu universel est de lutter contre la pauvreté, cela ne sert à rien puisque les instruments existent déjà.
  • Mais tel que l’envisagent ses promoteurs, le revenu universel à un autre objectif : permettre la liberté dans une société où chacun pourra vraiment choisir entre, par exemple, un travail ennuyeux mais bien rémunéré ou un travail plein de sens mais quasiment pas rémunéré.
Épisode 4/4
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 13 octobre 2021
2 mins de lecture

Auteurs

Richard Robert

Richard Robert

journaliste et auteur

Éditeur du site Telos et auteur, Richard Robert enseigne à Sciences-Po. Il a dirigé la Paris Innovation Review de 2012 à 2018. Derniers ouvrages : Le Social et le Politique (dir., avec Guy Groux et Martial Foucault), CNRS éditions, 2020, La Valse européenne (avec Élie Cohen), Fayard, publié en mars 2021.