0_numeriqueEtSante
Accueil / Dossiers / Santé et biotech / Les innovations numériques au service de la santé
π Santé et biotech π Numérique

Les innovations numériques au service de la santé

3 épisodes
  • 1
    Alzheimer, Parkinson... « Demain, les IA détecteront des maladies grâce à la biométrie »
  • 2
    Un avatar numérique des poumons
  • 3
    Faut-il centraliser toutes nos données de santé ?
Épisode 1/3
Agnès Vernet, journaliste scientifique
Le 27 avril 2022
5 mins de lecture
Mounim El Yacoubi
Mounîm A. El Yacoubi
professeur à Télécom SudParis (IP Paris)

En bref

  • L’IA peut aider à aller au-delà des tests actuels afin de proposer au milieu médical  des solutions moins coûteuses, moins invasives et qui affinent les diagnostics.
  • Pour la maladie de Parkinson, un projet de recherche européen est mené par de  nombreux chercheurs, en collaboration avec l’Institut du Cerveau et de la Moelle  épinière.
  • L’objectif est de parvenir à détecter dans la voix et les expressions du visage du  patient des anomalies typiques de la maladie, et ce au cours d’un simple appel  vidéo.
  • Pour la maladie d’Alzheimer, les données pourraient être utilisées pour suivre sur plusieurs mois sur l’évolution de l’écriture, de la marche, de la voix, choses impossibles à suivre pour un médecin.
  • Nos données de santé pourraient donc être récoltées via nos montres, nos frigos,  nos ordinateurs afin de suivre l’évolution des comportements et des habitudes à risques.
Épisode 2/3
Agnès Vernet, journaliste scientifique
Le 27 avril 2022
4 mins de lecture
Cécile Patte
Cécile Patte
ingénieure Inria en biomécanique, prix Jeunes Talents France 2020 « Pour les femmes et la science » (L'Oréal-Unesco)

En bref

  • Pour améliorer l’efficacité des traitements, il est parfois nécessaire de s’adapter aux spécificités mécaniques des organes des patients.
  • Afin d’éviter des examens invasifs, l’équipe MΞDISIM (à l’Inria et à l’Institut Polytechnique), développe des méthodes de modélisation numérique des organes des patients.
  • La docteure Cécile Patte travaille plus spécifiquement sur un outil pour créer un avatar digital des poumons de patients souffrant de fibrose pulmonaire – une des séquelles fréquentes de la Covid-19.
  • Ce jumeau numérique permettra d’étudier des traitements personnalisés de manière non invasive.
Épisode 3/3
Le 27 avril 2022
4 mins de lecture
Emmanuel Didier (2)
Emmanuel Didier
sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Centre Maurice Halbwachs à l’EHESS

En bref

  • Le Health Data Hub est un projet français doté d'un budget de près de 10 millions d’euros. L’objectif : centraliser toutes les données de santé en France.
  • Ce projet permettra de faciliter le travail des médecins grâce en mutualisant les données de santé, mais il ouvrira également un nouveau marché prolifique pour les entreprises.
  • La quantité de données de santé en France est colossale : le Sniiram (Le système national d’information inter-régimes de l’Assurance maladie) détient 1,2 milliard de feuilles de soins collectées depuis 2002.
  • La centralisation pose cependant un problème à certains acteurs qui ne veulent pas confier leurs bases de données au risque de perdre le travail investi dans celles-ci. C'est le cas de la cohorte Constance et ses quelques 200 000 données.
  • D’autres critiques gravitent autour du projet. Le principe même de centralisation ou encore la question de l’hébergement, qui serait assuré par Microsoft, attirent l’attention.

Auteurs

Agnès Vernet

Agnès Vernet

journaliste scientifique

Après une formation initiale en biologie moléculaire, Agnès Vernet s’est formée au journalisme scientifique à l’ESJ-Lille. Depuis 14 ans, elle écrit dans différents supports, magazines scientifiques, titres professionnels et médias généralistes, en France et en Suisse. Depuis le 1er février 2021, elle a été élue présidente de l’Association des journalistes scientifiques de la presse d’information (AJSPI).