Accueil / Tribunes / La pandémie a permis une réduction de 8 % des émissions globales de CO2
Cyril Crevoisier

Pandémie : une réduction de 7 % des émissions de CO2 en 2020

par Cyril Crevoisier, Directeur de recherche CNRS en météorologie dynamique à l'École polytechnique (IP Paris)
Pandémie : une réduction de 7 % des émissions de CO2 en 2020
    Pandémie : une réduction de 7 % des émissions de CO2 en 2020

      NB : Depuis la rédac­tion de cet arti­cle, le chiffre de 8% des émis­sions glob­ales de CO2 en 2020, qui était ini­tiale­ment le titre de cet arti­cle, a été réé­val­ué à 7%.

      Avant la crise, nous nous diri­gions vers le scé­nario le plus pes­simiste en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Selon le Groupe d’experts inter­gou­verne­men­tal sur l’évolution du cli­mat (GIEC), il ne faut pas que la hausse de la tem­péra­ture mon­di­ale soit supérieure à 2 °C si nous voulons éviter des boule­verse­ments écologiques irréversibles ; or nous sommes actuelle­ment en route vers une aug­men­ta­tion deux fois plus impor­tante. La pandémie et les restric­tions liées aux mesures de con­fine­ment pris­es à tra­vers le monde ont con­sid­érable­ment mod­i­fié les inter­ac­tions entre l’homme et son envi­ron­nement. Mon équipe étudie la com­po­si­tion de l’atmosphère et du cli­mat en s’appuyant à la fois sur les obser­va­tions des sta­tions ter­restres et sur celles des satel­lites, ce qui explique pourquoi nous n’avons pas tardé à être sol­lic­ités lorsque la pandémie a pris une ampleur mondiale.

      Selon le type de gaz ou de par­tic­ule, les inci­dences de la pandémie ne sont pas les mêmes. Sachant que les gaz à effet de serre d’origine anthropique comme le dioxyde de car­bone (CO2) et le méthane (CH4) restent dans l’atmosphère pen­dant env­i­ron 100 et 10 ans respec­tive­ment, il n’est pas vrai­ment pos­si­ble d’en éval­uer les vari­a­tions de manière fiable sur une péri­ode rel­a­tive­ment courte. En revanche, les sub­stances haute­ment réac­tives et les par­tic­ules pol­lu­antes présentes dans l’air ont une durée de vie beau­coup plus réduite, et nous avons con­staté de grands change­ments dans ce domaine. Nous avons par exem­ple relevé une baisse de 30 % des par­tic­ules ultra­fines en région parisi­enne par rap­port à la même péri­ode au cours des dix dernières années. Les obser­va­tions du satel­lite européen Sen­tinel-5P ont par ailleurs fait appa­raître une diminu­tion de plus de 50 % du NO2 – un indi­ca­teur des émis­sions de com­bustibles fos­siles – dans les méga­lopoles européennes au printemps.

      En revanche, par­ler d’un impact posi­tif du con­fine­ment est plus com­pliqué qu’il n’y paraît. Lorsque l’on observe les gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère, on ne con­state pas vrai­ment de change­ment. Mais ce n’est pas la manière la plus effi­cace d’évaluer les effets de l’activité humaine sur de cour­tes péri­odes, puisque les con­cen­tra­tions atmo­sphériques de CO2 peu­vent être masquées par l’action de la végé­ta­tion à l’échelle de la planète. Les émis­sions ont donc plutôt été estimées en se bas­ant sur la con­som­ma­tion énergé­tique, ce qui a per­mis d’observer une forte baisse des émis­sions de CO2 dans l’atmosphère. En avril, ces émis­sions, soit 17 méga­tonnes par jour à l’échelle plané­taire, étaient en recul de 17 % par rap­port à ceux de l’année dernière. Pour l’année 2020 dans son ensem­ble, les émis­sions de CO2 devraient être inférieures de 8 % par rap­port à celles de 2019.

      Cette baisse des émis­sions de car­bone observée au cours de la pandémie est certes une bonne nou­velle pour la planète, mais il con­vient toute­fois de faire remar­quer que cela ne fait que nous ramen­er aux taux de 2016. Cela reflète la forte aug­men­ta­tion des émis­sions de car­bone entre 2016 et 2019. Pour respecter l’accord de Paris de 2015, il faut réduire les émis­sions de gaz à effet de serre de 8 % par an. L’impact de la pandémie et des péri­odes de con­fine­ment à grande échelle sem­ble donc mon­tr­er que cet objec­tif cli­ma­tique est tout à fait réalisable.

      Toute­fois, les mesures appliquées sont dras­tiques, et les con­traintes économiques et sociales liées à la pandémie ne sont pas viables à long terme. En revanche, les résul­tats obtenus nous ren­seignent sur les domaines sur lesquels il faut con­cen­tr­er nos efforts puisqu’ils per­me­t­tent d’identifier les secteurs dans lesquels il serait pos­si­ble de réduire effi­cace­ment les émis­sions de gaz à effet de serre. Nous avons par exem­ple con­staté une baisse de 75 % de l’activité du trans­port aérien. Or celui-ci n’est respon­s­able que de 2 à 3 % des émis­sions mon­di­ales. Ce n’est donc pas for­cé­ment le secteur qui pro­duira les effets les plus significatifs.

      Si l’on se penche sur le secteur de l’énergie, on s’aperçoit qu’il est respon­s­able de 44 % des émis­sions mon­di­ales. Durant la péri­ode de con­fine­ment, nous avons con­staté une diminu­tion de 6 % de ces émis­sions, du fait de la diminu­tion de la demande. Le secteur des trans­ports routiers joue aus­si en la matière un rôle déter­mi­nant puisque près de 50 % de la réduc­tion des émis­sions observées au cours de la péri­ode est imputable au fléchisse­ment du traf­ic routi­er. Il faut par con­séquent accorder une atten­tion toute par­ti­c­ulière à ces deux secteurs.

      Pour autant, il est à crain­dre que les mesures poli­tiques comme les « pactes envi­ron­nemen­taux » soient mis­es de côté au prof­it de la reprise de l’économie mon­di­ale. La crise san­i­taire ne doit pas éclipser celle du cli­mat et nous devons tout met­tre en œuvre pour ne pas nous détourn­er des mesures pris­es en faveur de la planète.

      Si l’on se réfère aux précé­dentes crises économiques, comme celle de 2008, l’évolution des émis­sions de dioxyde de car­bone n’augure rien de bon. On con­state en effet qu’elles repren­nent leur tra­jec­toire habituelle dès que l’économie se redresse, et par­fois de façon encore plus mar­quée. Autrement dit, en 2021 ou 2022, les bien­faits de la pandémie sur l’environnement auront prob­a­ble­ment été réduits à néant. Nous devons rester vig­i­lants en con­cen­trant nos efforts sur de nou­velles solu­tions à l’échelle mon­di­ale, et elles sont nom­breuses. Il faut s’intéresser en pri­or­ité à des secteurs bien pré­cis tels que l’énergie et les trans­ports, mais aus­si inve­stir dans la bioén­ergie, ain­si que dans le cap­tage et le stock­age du dioxyde de car­bone en plan­tant des arbres et en met­tant au point des procédés tech­nologiques plus sophis­tiqués. Les dix prochaines années seront décisives.

      Auteur

      Cyril Crevoisier
      Cyril Crevoisier
      Directeur de recherche CNRS en météorologie dynamique à l'École polytechnique (IP Paris)

      Cyril Crevoisi­er et son équipe étu­di­ent les vari­ables cli­ma­tiques atmo­sphériques et par­ti­c­ulière­ment les gaz à effet de serre à l’aide d’observations spa­tiales et aéro­portées. Cyril Crevoisi­er est directeur de recherche CNRS et respon­s­able de l’équipe « Atmo­sphère, biosphère et cli­mat par télédé­tec­tion » du Lab­o­ra­toire de météorolo­gie dynamique (LMD, une unité mixte de recherche CNRS, École poly­tech­nique, ENS/PSL et Sor­bonne Uni­ver­sité). Il pré­side le comité sci­en­tifique pour les sci­ences de la terre du Cen­tre nation­al d’études spatiales.

      Dernières tribunes

      Pierre-Jean Benghozi

      Peut-on vraiment réguler les GAFAM ?

      Par Pierre-Jean Benghozi, 

      directeur de recherche CNRS, pro­fesseur à l’École poly­tech­nique et à l’Université de Genève

      Landry Bretheau

      Pourquoi États et entreprises courent après le quantique

      Par Landry Bretheau, 

      enseignant-chercheur en physique quan­tique à l’É­cole poly­tech­nique (IP Paris)

      Étienne Minvielle

      « Les hôpitaux ne doivent pas perdre l'agilité gagnée pendant la crise ! »

      Par Etienne Minvielle, 

      directeur de recherche CNRS et pro­fesseur en man­age­ment de la san­té à l’École poly­tech­nique (IP Paris)

      Claudia D'Ambrosio

      Des algorithmes pour guider les taxis volants d'Uber

      Par Claudia D'Ambrosio, 

      Tit­u­laire de la chaire « Inte­grat­ed Urban Mobil­i­ty » de l’É­cole poly­tech­nique (IP Paris)

      Patrick_Artus

      Crise économique : « un rattrapage complet en 2023 est possible »

      Par Patrick Artus, 

      pro­fesseur d’é­conomie à l’U­ni­ver­sité Paris 1 Pan­théon-Sor­bonne et directeur de la recherche et des études chez Natixis

      Juliette Lambin

      « Chercher la vie sur Mars, c’est chercher la vie primitive sur Terre »

      Par Juliette Lambin, 

      Respon­s­able Sci­ence, explo­ration et obser­va­tion du CNES

      Nicolas Mottis

      GameStop : la victoire illusoire de Main Street sur Wall Street

      Par Nicolas Mottis, 

      pro­fesseur de man­age­ment de l’in­no­va­tion et de l’en­tre­pre­neuri­at à l’É­cole poly­tech­nique (IP Paris)

      Cécile Chamaret

      Comprendre les résistances à l’innovation

      Par Cécile Chamaret, 

      maître de con­férences en mar­ket­ing et com­porte­ment des con­som­ma­teurs à l’École poly­tech­nique (IP Paris)

      Eric Labaye

      L’Institut Polytechnique de Paris lance sa revue

      Par Eric Labaye, 

      Prési­dent de l’É­cole poly­tech­nique et de l’In­sti­tut Poly­tech­nique de Paris

      Arnaud Fontanet

      « Pas de vie normale sans vaccination massive »

      Par Arnaud Fontanet, 

      directeur du départe­ment de san­té glob­ale de l’Institut Pasteur

      Isabelle Méjean

      Relocalisations : mythe ou réalité ?

      Par Isabelle Méjean, 

      respon­s­able du départe­ment d’é­conomie de l’In­sti­tut Poly­tech­nique de Paris et prix du meilleur jeune écon­o­miste de France 2020

      Gérard Mourou

      Des lasers ultra-puissants pour traiter les déchets nucléaires

      Par Gérard Mourou, 

      prix Nobel de physique 2018 et mem­bre du Haut Col­lège de l’École polytechnique

      Hervé Le Bras

      La Covid-19 n'est pas une maladie des villes

      Par Hervé Le Bras, 

      directeur d’é­tudes en démo­gra­phie à l’E­HESS, directeur de recherche émérite à l’Ined, diplômé de l’Ecole poly­tech­nique (IP Paris)

      Chopin Nicolas

      Covid-19 : une mortalité plus élevée qu’il n’y paraît

      Par Nicolas Chopin, 

      pro­fesseur de data sci­ence et machine learn­ing à l’EN­SAE Paris (IP Paris)

      Julie Josse

      Réanimation : une appli pour sauver des vies

      Par Julie Josse, 

      chercheuse en sta­tis­tiques à Inria

      Philippe Aghion

      La mobilité pour lutter contre les inégalités

      Par Philippe Aghion, 

      pro­fesseur au Col­lège de France et à la Lon­don School of Economics

      Pascal Junghans

      Comment les dirigeants traitent l’information

      Par Pascal Junghans, 

      doc­teur en sci­ences de ges­tion, prési­dent de CEREINEC

      Antoine Bouët

      Les guerres commerciales sont-elles bénéfiques ?

      Par Antoine Bouët, 

      pro­fesseur d’é­conomie à l’U­ni­ver­sité de Bordeaux

      Gérald Bronner

      Pourquoi l'éducation n'empêche pas les croyances

      Par Gérald Bronner, 

      pro­fesseur de soci­olo­gie à l’U­ni­ver­sité Paris-Diderot

      Découvrez toutes les tribunes