0_demographieGeopolitique
Accueil / Dossiers / Géopolitique / Le poids démographique détermine-t-il encore la géopolitique ?
π Géopolitique

Le poids démographique détermine-t-il encore la géopolitique ?

3 épisodes
  • 1
    « L’arsenalisation » de la démographie dans les rapports géopolitiques
  • 2
    La démographie est un facteur clef de la puissance américaine
  • 3
    Géopolitique : l’impact des migrations est essentiellement régional
Épisode 1/3
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 24 novembre 2021
4 mins de lecture

En bref

  • Pendant longtemps la puissance a été déterminée par la population. Avec désormais le PIB par habitant, elle reste un déterminant majeur.
  • Mais la géopolitique reflète des dynamiques : plus que les chiffres absolus, ce sont les tendances qu’il faut observer.
  • En outre les logiques de puissance sont désormais « intensives en capital » et en technologie, plus qu’en travail. La capacité d’innovation peut l’emporter sur le facteur démographique.
  • Le thème des « migrants climatiques » reprend celui de la « bombe démographique » des années 1960. Mais jusqu’à présent, les perturbations sont locales et non géopolitiques.
  • En revanche « l’arsenalisation » des mouvements migratoires doit être considérée avec attention car elle renouvelle le répertoire des conflits hybrides.
Épisode 2/3
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 24 novembre 2021
5 mins de lecture
Nicholas Eberstadt
Nicholas Eberstadt
conseiller principal au National Bureau of Asian Research (NBR)

En bref

  • La population reste une base de la puissance, mais, au-delà du nombre d'habitants, le facteur-clé est le capital humain.
  • À court terme, le déclin démographique ou la faiblesse du capital humain n'affectent pas la volonté des régimes autoritaires de montrer leurs muscles sur la scène internationale, mais à long terme ils sont condamnés.
  • L'ascension spectaculaire de la Chine au rang de superpuissance s’explique en partie par des facteurs démographiques, qui sont devenus négatifs.
  • Grâce à leur profil démographique (accroissement naturel, niveau d'éducation, immigration qualifiée), les États-Unis disposent encore d'un avantage comparatif. Mais des signes de faiblesse apparaissent.
Épisode 3/3
Richard Robert, journaliste et auteur
Le 24 novembre 2021
4 mins de lecture
Hervé Le Bras
Hervé Le Bras
directeur d'études en démographie à l'EHESS et directeur de recherche émérite à l'Ined

En bref

  • L’impact géopolitique des migrations reste faible si l’on considère les rapports entre grandes puissances, mais il est plus marqué à l’échelle régionale.
  • Une partie des tensions au sein de l’Union européenne se jouent sur la question des migrations.
  • L'utilisation de la migration comme instrument de pression par certains pays voisins de l’UE est une nouveauté.
  • En dehors de l'Europe, les migrations « climatiques » ont lieu aujourd’hui sur de très courtes distances.
  • Le phénomène des réfugiés, tant en Afrique qu’en Europe, peut affecter la stabilité des États et les relations qu’ils entretiennent.

Auteurs

Richard Robert

Richard Robert

journaliste et auteur

Éditeur du site Telos et auteur, Richard Robert enseigne à Sciences-Po. Il a dirigé la Paris Innovation Review de 2012 à 2018. Derniers ouvrages : Le Social et le Politique (dir., avec Guy Groux et Martial Foucault), CNRS éditions, 2020, La Valse européenne (avec Élie Cohen), Fayard, publié en mars 2021.